Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2008

LATERALISATION

sweeney_todd_haut234.jpg212_2.jpg

A gauche de l'écran, le point focal resplendit : il captive et engloutit, fascinant jusqu'à sa fin le personnage qui le contemple, puis perdant le spectateur dans son orbe sinistre, donnant au hors-champ éblouissant l'attrait passager du désir, avant que tout s'éteigne dans un chatoyant déséquilibre puisque le cinéma n'aime rien tant que déjouer l'harmonie, ses fictions asymétriques menant de toutes sortes de manières vers la mort, celle de ses protagonistes comme celle du regard.

nosferatu1922.jpg

15:30 | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : sweeney todd, sunshine, nosferatu, burton, boyle, murnau | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Belle cinématique entre ces trois films....

Une tradition picturale, occidentale je crois, veut en effet qu'un personnage qui se tourne vers la gauche soit lié à la mort (assassin, futur défunt, allégorie de la Mort etc...). A l'inverse la vie vient souvent de la droite, comme dans nombre de tableaux religieux du Caravage.

Écrit par : Sylvie Blanc | 16/10/2008

L'image que le cinéaste souhaite la plus frappante, la plus fascinante, est souvent dans le tiers gauche de l'écran cinématographique. Il me semble qu'un bouquin sur les images et la cognition traite de cela. Je cherche le titre et je reviens !

Écrit par : Bagherra | 16/10/2008

Quand vous dites sinistre, c'est de l'étymologie n'est-ce pas ? ;)

Écrit par : Le bravache | 16/10/2008

Laurent Jullier : Cinéma et cognition (L'Harmattan)

Voilà.

Écrit par : Bagherra | 16/10/2008

Trois fois oui.

Merci de vos passages.

Écrit par : Ludovic | 16/10/2008

Le tiers gauche : le plaisir et l'intérêt seraient-il préalables à l'objet, liés nerveusement au positionnement, à l'orientation du regard ?

Écrit par : Marie-Gabrielle | 16/10/2008

Pourquoi pas ? Il existe bien des "mains dominantes"...

Écrit par : L'anonyme | 16/10/2008

Ce qui est sûr, c'est que l'on ne peut faire abstraction de nos divers câblages de perceptions. Le subjectif se construit sur la matière.

Écrit par : Ludovic | 17/10/2008

Pragmatique, donc. Moi, dans la Lune (ou au repos ?), j'ai les yeux qui partent nettement en haut à gauche (et je fais attention).

Écrit par : Marie-Gabrielle | 17/10/2008

;)

Écrit par : Ludovic | 17/10/2008

Les commentaires sont fermés.