Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2009

PARANOIA

Nous vivons dans notre société d'écoute et de partage, une sorte de fraternité post ou néo-chrétienne (on ne sait plus très bien), qui fait de chacun un prochain en puissance, fier d'une singularité qui ne remet jamais en cause le fonctionnement tribal, qui ne perturbe jamais en profondeur l'hybridation et le métissage, ces méthodes de choix pour profiter au mieux de tout et de tous.

Mais alors pourquoi, le cinéma nous montre-t'il avec autant de constance la victoire sans appel (même si elle ne survient qu'après beaucoup d'écueils et de périls) de toute une série d'individualistes extrêmes, paranoïaques jusqu'au bout des ongles ? Quel est ce paradoxe qui veut qu'une société de transparence et de clonage consenti aboutisse à glorifier, ou du moins à laisser le dernier mot, à ce qui apparemment nie ses principes fondateurs ?

le_prisonnier_2.jpg
h_4_ill_1004839_cortex.jpg
there%20will%20be%20blood%202.jpg
lost-locke.jpg
11no_country1.jpg


C'est tout simplement qu'il n'y a là aucune contradiction, car c'est bien le fait du persécuté que de traquer partout les zones d'ombre qui le menacent, et de rechercher en tous lieux et en toutes occasions, de la part de tous ceux qui le cernent, l'adhésion. L'Empire du Bien est celui de la Paranoïa instituée, qui sans cesse aux écoutes, évente tout ce qui pourrait s'apparenter à un secret et tue dans l'oeuf tout ce qui pourrait favoriser la négation.

Commentaires

Avez-vous remarqué qu'avant même l'investiture d'Obama le prisonnier s'est échappé ? Le numéro 6 ? Les agents trop secrets prennent la tangente comme Patrick McGohan.

Écrit par : iPidiblue number nul | 20/01/2009

Bonjour ! Je poste dans vos commentaires, j'espère que vous n'y verrez pas d'inconvénients.
Pour la présentation, je fais partie d‘ISC Cinéfeel, une association étudiante qui met en avant les jeunes talents du cinéma de demain. On organise le 1er avril à Paris Feel the show, une soirée avec une diffusion de courts métrages humoristiques, des sketchs et des concerts dans une ambiance café-théâtre. Avec la Ciné-expo, on intervient dans des universités européennes pour faire découvrir les dessous de la réalisation de nos films favoris.
Je pense que nos évènements peuvent vous intéresser puisque votre blog/site s’adresse à des passionnés de cinéma.
Vous pouvez me contacter via www.isc-cinefeel.com ou directement à mon adresse pour nous soutenir dans nos évènements (manuel.erard@iscparis.com).
Cinématographiquement,
Manuel – ISC CINEFEEL – www.isc-cinefeel.com

Écrit par : Manuel | 30/01/2009

Bonjour Ludovic,
je comprends la vigilance et l'état conscient nécessaire quand on regarde un film, j'entends beaucoup de tes propos et y adhère joyeusement, et partage ton point de vue sur l'attaque constante, latente voire inconsciente à cette nécessaire lucidité et juste en plus ; maintenant j'aimerais connaitre ton avis sur le pernicieux et lent processus à savoir : on est tenté de "céder" au consenti par narcissisme ou peur de la solitude ou perte de la chaleur du groupe... Y-a-t-il d'autres sollicitations possibles ? Et en partant d'un état lucide fort et éprouvé, pourquoi arrivent-ils encore dans leur tentations à nous troubler encore et nous envoûter encore...
Très affectueusement, Alexis.

Écrit par : Alexis | 20/02/2009

Hypothèse : Parce que l'esprit est toujours, et jusqu'au bout, dans une âme pleine d'émotions et un corps plein d'instincts.

Écrit par : Ludovic | 25/02/2009

Cher Ludovic, je te connais suffisamment et hors champs de t'avoir reconnu et de te connaitre davantage, je te sais dans une "juste conviction ouverte", c'est pourquoi je te dis à nouveau merci ! :)

je n'ai pas envie d'être plus bavard, na !

Écrit par : Alexis | 03/03/2009

Les commentaires sont fermés.