Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2011

76

Tout comme l'assassinat d'Anne-Lorraine Schmitt, le meurtre de Laëtitia Perrais permet à toute une série de matamores du clavier, de va-t-en guerre 2.0 et d'odieux fanfarons de nous faire la leçon. Leur démagogie drapée de vertu n'est bien sûr qu'un "marronnier" de plus et demain sans doute nous entretiendront-ils, avec la même impudeur, d'une indignation toute nouvelle, mais il y a des jours où on aimerait leur faire rentrer dans la gorge, eux dont le style et les mots disent si bien l'inexpérience, leurs leçons et leur morale.

J'ai longtemps cru qu'un plan pouvait sauver un film, une page voire une ligne, un roman, mais je ne le crois plus : ce sont justement la déliaison, l'irrelié et le règne de la partie sur le tout, qui nous perdent.

Un cauchemar : être invité trois jours et trois nuits durant au mariage de Katherine Pancol et Franck Darabont.

Les commentaires sont fermés.