Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2011

75

Croire que "La Littérature" dépende uniquement du bon usage, ou du bel usage, de la langue, est aussi profondément stupide qu'imaginer que "Le Cinématographe" ne s'élabore qu'avec des éclairages adaptés et une caméra ayant fait ses preuves. A sacraliser la Parole ou la Forme, on se condamne à n'errer que dans des panthéons stériles. L'important, n'est pas uniquement dans ce qui et dit ou montré, mais aussi dans ce qui est tu ou caché : c'est d'ailleurs surtout dans leurs silences, leurs ellipses et leurs hors-champs, que les grands romans et les grands films parlent.

Les plus beaux souvenirs sont ceux auxquels on croit.

La Corde est à l'esprit de Nietzsche ce que Marnie est à celui de Freud, prouvant que les simplifications les plus redoutables, tendant vers le contre-sens total, n'en conduisent pas moins aux spectacles captivants.