Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2009

REQUISITOIRE

La forme de La blessure, c’est cette route anodine et banalisée qui défile, vue de l’arrière d’un camion, pendant le très long monologue final, prouvant que ce qui est montré importe peu puisqu’il s’agit avant tout de dire.
Dire que la vérité d’un être ne peut s’exprimer qu’en dehors des contraintes fictionnelles et de l’interdépendance avec autrui (l’autre étant réduit au rôle de soutien ou d’ennemi), qu’elle doit être définie par l’observation vaguement désinvolte, légèrement inattentive, qui laisse croire au respect quand il s’agit bien de tenir en joue l’acteur qui se présente devant la caméra, afin qu’il ne se dirige jamais vers la moindre rencontre non écrite, pas plus que vers une quelconque composition.
Le réel y est ainsi simulé et jamais transposé.
NK1.gif

La suite du réquisitoire ici, et également .

15:23 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : nicolas klotz, paria, la blessure | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Est ce le problème de la "réalité apparente" en opposition à la transposition. Chéreau en parle dans "J'y arriverai un jour" C'est pour moi l'apport négatif du cinéma qui à la fois à détruit la pertinence du documentaire et la sagacité de l'acteur et du metteur en scène( théâtre ou cinéma) ceci me fait penser aux dérives d'un Art...comme à celle des régimes...je réfléchirai un peu plus ...c'est une réponse un peu rapide...

Écrit par : laurence | 05/06/2009

Oui, c'est cela, il me semble, Laurence : la "réalité apparente", qui démontre sans comprendre, et singe sans émotion.

Écrit par : Ludovic | 05/06/2009

Les commentaires sont fermés.