Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2011

93

L'aphorisme a ceci de troublant qu'il témoigne de l'assèchement d'une pensée, tout en en annonçant le renouveau ; il ne faut jamais s'y arrêter mais au contraire déceler ce qu'il cache.

On peut classer les époques par les vices qu'elles absolvent : la nôtre semblant alors se caractériser par la défense et l'illustration de l'envie.

Un bon film sait dire ce qu'il montre, un beau film sait montrer ce qu'il ne sait pas dire, un grand film sait montrer ce qu'il pourrait dire mais préfère taire.

14:19 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Très intéressantes définitions des bons/beaux/grands films, qui donnent à réfléchir ! Pouvez-vous nous donner un exemple de chaque ?

Écrit par : Philomène | 22/03/2011

Eh bien par exemple, dans l'ordre, Il Bidone de FELLINI, L'arbre aux sabots d'Olmi, La grande bouffe de Ferreri...

Écrit par : Ludovic | 22/03/2011

J'ai la pensée rétroactive mais... votre définition du grand film le rend dangereusement proche du nanard.

Écrit par : Temelko | 26/04/2011

Ce n'est pas faux, Temelko, et d'ailleurs la frontière est parfois ténue (combien de navets de rélaisateurs célèbres considérés comme des chefs d'oeuvre, et combien de chefs d'oeuvre abusivement hués ou moqués comme le dernier des navets ?)

Écrit par : Ludovic | 26/04/2011

Les commentaires sont fermés.