Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2011

97

On croit qu'elle parade alors qu'elle mendie.

Comment se fait-il que certains se plaignent que la parole soit désormais libérée ("décomplexée") alors qu'on entend toujours la même chose, chacun dans son style, chez les progressistes comme ches les réacs. La liberté conduirait-elle à l'uniformisation ?

Le cinéma n'est pas plus affaire de morale qu'une tempête ou une course au supermarché. Tout ce que l'on peut ajouter comme gloses, critiques, explications, analyses, à des faits (et une oeuvre n'est jamais qu'un fait) ne peut les épuiser, c'est-à-dire ne peut les réduire totalement au rôle d'outil.

09:32 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

La liberté conduirait à l'uniformisation, oui, les libéraux pur sucre te diront que la liberté économique, à très long terme, lisse aussi les niveaux de richesse d'un pays à l'autre. Fût-ce au prix de l'uniformisation de nos consciences par la moulinette coca-cola.

Écrit par : Richard | 28/03/2011

En effet Richard ...C'est une question qui pose un sacré problème, passer de "l'émancipation" à la "moulinette, en somme.

Écrit par : Ludovic | 29/03/2011

Peut-être que la liberté dont il est question ici n'est pas celle qui relève d'un choix personnel et réfléchi, mais d'une norme sociale : dans le monde moderne il "faut" être libre, comme il "faut" être heureux et épanoui. Qu'importe donc que le discours ambiant soit conformiste, si il peut être exprimé de n'importe quelle manière, "librement", c'est la seule chose qui compte. La pertinence du fond n'a rien à voir.
Il est sorti au début de l'année un ouvrage d'histoire à ce sujet (le jeu de balancier dans la pensée moderne entre le besoin d'émancipation de l'individu et la normalisation de ce besoin) : "Le roseau pensant", de Thierry Wanegffelen.

Écrit par : Baptiste | 29/03/2011

vous avez raison, Baptiste, une sorte de simulacre de liberté, qui a plus a voir avec la dérégulation tout azimuth qu'avec l'exercice du choix. Je note votre référence avec soin.

Écrit par : Ludovic | 29/03/2011

Les commentaires sont fermés.