Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2011

AILLEURS

baby blood,alain robak,gollum, le seigneur des anneaux,peter jackson,tom bombadil

Frodon, l'anneau tellement serré qu'il étouffe, avance comme on rêve : sa marche s'enlise malgré le paysage affolant qui se déroule. Entre les hautes façades de briques, Yanka, la jolie possédée de Baby Blood, ressent cette même impression de flottement indécis lorsqu'elle semble voler dans la ville, la peur au ventre entre deux meurtres. Mais que l'on se rassure, rien ne s'effondre sinon nos certitudes enfin bousculées, bientôt l'anneau sera détruit et le monstre accouché, bientôt les regrets n'auront plus cours.

Que dire aux hommes du ressentiment à qui on ne confierait même pas le reflet d'un anneau ? Que dire aux sbires sûrs de leur fait qui déploient leurs banderoles et leurs calicots en toute saison, n'ayant rien vécu qui leur permettent enfin la retenue et la mesure, n'ayant rien éprouvé qui puisse leur donner sinon une stature du moins une silhouette. Ombres molles qui vaticinent entre deux soubresauts, entre deux renvois, peuplant les marais qui mènent au Mordor, certains de leur singularité et pourtant légion. Déjà spectres mais défilant le menton avantageux, les uns après les autres sous les griffes de Yanka, la belle assoiffée qui les saigne sans même y penser. Pauvres de coeur, gollums parmi d'autres, qui donneraient tout pour quelques médailles, pour retrouver l'honneur, mais qui n'ont aucun roi à défendre vraiment, soupçonneux qu'ils sont de la moindre relique, et qui récitent en boucle leurs mantras périmés.

Il n'y a rien à leur dire. Du moins n'est-ce pas à nous de leur dire. La guerre aujourd'hui même se fait sans eux, pendant leurs rixes ; et la paix les laissera sans joie. Il nous faut reprendre l'anneau sans qu'il nous pèse, il nous faut conquérir Yanka toujours renaissante. Ce n'est pas pour rien que Peter Jackson n'a que faire de Tom Bombadil, oubliant sans vergogne ce merry fellow dont l'exigeante morale est d'un autre temps. Il faut réapprendre, sans esbrouffe ni douleur, à suivre sa voie : rester hors de portée des fanfares comme des glaviots.

Commentaires

Excellent !

Écrit par : Virgo | 06/12/2011

Je salue le retour de ces textes-là sur Cinématique : critique cinéphilique, civilisationnelle, philosophique, et, ce qui ne gâche rien, et moi m'amuse, blogosphérique entremêlées !

Écrit par : Pierre V | 06/12/2011

Merci à vous deux.

Écrit par : Ludovic | 07/12/2011

Pendant longtemps, j'ai pensé le contraire, et puis je me suis rendu à la raison : "il n'y a rien à leur dire. Du moins n'est-ce pas à nous de leur dire."

Longue vie à Cinématique !

Écrit par : montalte | 08/12/2011

Merci, Pierre !

Écrit par : Ludovic | 08/12/2011

JA vous crache dessus à la fin de sa notule sur le film de Tarr et remet en ligne aujourd'hui un entretien avec vous d'il y a plusieurs années : que faut-il comprendre ?

Écrit par : Simsek | 08/12/2011

Qu'il regrette le temps où je l'appréciais, sans doute.

Écrit par : Ludovic | 08/12/2011

Les commentaires sont fermés.