Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2008

ELLE

Les exercices d’admiration ne servent à rien.
A peine à nous persuader que celui ou celle qui fascine, gouverne et empêche de fuir, garde pour un temps notre regard inquiet dans son sillage.

a608480f9cd5465e11682eeb391d3c12.jpg

Et pourtant, nous ne vivons pas uniquement avec les morts, mais avec tous ceux qu’il est impossible de saisir à la gorge, afin de connaître enfin leur haleine et leur peur. Nous sommes nés pour subir le joug d’une femme absente ou d’un homme pressé, et la concorde comme le partage ne viennent jamais qu’après, lorsqu’ils ne sont plus attendus ni même souhaités.
Juliette Binoche ne sera jamais cette icône deneuvienne, entre paraphes et parfums, que les couvertures de Gala ou de Télérama désirent avec leur habituel mépris nous vendre, car elle est avant tout l’adolescente Anna chez Carax, floue puis extrêmement précisée, chuchotante en noir et bleu, éclatant de rire avant de songer. Elle est Michèle ensuite, sur le fil, presque arrachée, et dont la danse en saccades ne peut finir sans un cri. Elle est Tereza enfin, semblable à celle que nous serrions dans nos bras pour sa première fois, celle-là même qui pleurant de plaisir, n’avait pas assez de mots pour nommer cette ombre qui déjà glissait sous la porte : l’enfance.

Juliette Binoche possède cette vulgarité bienveillante dans le rire, et cette douleur stoïque dans les yeux, qui nous la font aimer d’avance, même si son sourire capte mieux qu’aucun autre l’attention des journalistes les plus aveuglés. Elle est cette femme dont l’énigme ne se résout pas, et tous les limiers tournant bruyamment autour d’elle, pour l’aduler, et la huer, et s’en repaître, et l’aimer quand même, tournent pour rien ; Binoche est à la fois la Julie de Kieslowski et l’Anna Barton de Malle : veuve, couverte d’hommes, seule à jamais. Elle démontre, s’il en était besoin, que le cinéma est bien cette entreprise thaumaturgique qui nous fait prendre les soubrettes et les souillons pour l’Eternelle Sophia, jusqu’à se persuader que celle-ci réside en nous, comme Grémillon d’ailleurs n’a jamais cessé de l’affirmer (mais qui peut bien perdre son temps à écouter Grémillon ?). La Femme est une instance intérieure et ses multiples avatars n’existant pas davantage que le rêve d’un autre.

Lorsque Juliette Binoche se met à parler lentement, en appuyant sur les nasales d’une lèvre légèrement enflée, il n’y a plus à tergiverser : elle est ensemble, et jusqu’au vertige, la naïve petite polonaise devenue icône médiatique, le garçon manqué tout à sa joie de se savoir impudique, la femme d’affaire se troublant en mère dévorée. Je ne connaîtrai jamais le son de sa voix lorsqu’elle est enrhumée, l’odeur de sa peau lorsqu’elle est impatiente, les reflets sur son cou quand il pleut, et cependant cette fille filmée, aussi futile, aussi exaspérante, aussi profonde que tant d’autres, me semblera toujours vraie. Elle est dans le vrai, sans effort ni nuance, avec excès, obscénité même, alors que nous cessons de soulever avantageusement le coin des tapis, de scruter avec la pire vanité leurs motifs et leurs dessins. Elle a cette insouciance retenue qui se moque de tous les leurres du filigrane.

En somme, il n’y a pas de quoi pavoiser. Comment se défaire d’une emprise que l’on a réclamée puis cultivée ? La regarder à la télévision ? La croiser dans un festival au bras d’une quelconque ordure post-moderne en frac ? Voilà certainement ce qui pourrait l’avilir, la polluer, la faire chuter de la statue de Pauline, bouleversante, blanche et cernée, jusqu’à la débrouillarde Juliette B., comédienne. Mais l’arrière-monde veille. Il n’attend qu’une seconde d’inattention, c’est-à-dire vingt-quatre images d’affilée, pour nous agripper, nous retourner, nous livrer une fois encore à ces Mères qui rôdent, infiniment enveloppantes. Ce n’est pas pour rien qu’elle s’est déjà appelée trois fois Anne, chez Carax, Malle, Mighella (quelle descente !).

Je la vois de films en films, refaire patiemment les mêmes gestes, ses bougies à la main pour détailler Rembrandt ou les fresques d’une église, sa précipitation lors de batailles de mousse à raser ou de polochons, ses rires pour rien (Juliette Binoche ne rit jamais à bon escient), ses sourcils à peine froncés quand elle est folle de rage impuissante, son regard sombre et embué, embué comme personne avant elle, se ce n’est Falconetti peut-être, ou Donna Reed. Des vignettes de Leconte au chromo de Kurys, de la subtilité de Chantal Akerman aux sketches de Danielle Thompson, du cinéma malencontreux de Gitaï au brouillon mystique de Ferrara, de l’insignifiant Quelques jours en septembre jusqu’aux pensums verbeux d’Assayas ou de Klapisch, qui dégorgent à gros traits leur moraline, elle est toujours inconnue dans la lumière et dans « son meilleur rôle depuis longtemps », tout à la fois aînée et cadette, proie et traqueuse, drôle et renfermée. Admirable.

10:40 | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : Juliette Binoche, Léos Carax | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Superbe déclaration d'un paraphile !

Écrit par : Sylvie | 23/06/2008

C'est très aimable à vous. Veuillez me contacter sur le portable que je vous transmet par courriel.

Écrit par : Juliette B. | 23/06/2008

Beau texte effectivement, mais je suis au regret de vous le dire assez vain.
L'ayant abandonnée depuis les Amants. J'ai eu le malheur de la recroiser dernièrement justement chez Klapisch et Assayas, quelle déception de la voir ainsi.
Hélas, je ne l'imaginais pas finir autrement, signe de la médiocrité actuel du cinéma français pensum de banalité et mocheté du filmage, sans parler des afféteries de la narration...

Pour moi, il n'y en aura jamais qu'une : Mireille, la seule a avoir su rester digne, et donc forcément oubliée et négligée par le cinéma contemporain.
Mais je ne m'en plaint nullement.
Le souvenir de Nathalie et Mireille ne seront jamais souillés par un émule de Truffaut pré-fabriqué par la FEMIS...

Écrit par : Phil | 23/06/2008

Merci Sylvie.

Phil, vous avez bien raison, et la déception n'apparaît sans doute pas assez dans ce texte, assez ancien, texte que le dernier paragraphe tente maladroitement de réactualiser. Je sais bien que je ne retrouverai jamais, comme tant d'autres choses, cette Juliette Binoche parce que l'épouvantable mutation du cinéma français et européen est passée par là. Mais dans le très mauvais "Quelques jours en spetembre", elle est remarquable. Je suppose que vous parlez de Mireille Perrier, que j'admire aussi beaucoup (comme Aurore Clément), mais de quelle Nathalie parlez-vous (pardonnez l'inculture de ma question) ?

Écrit par : Ludovic | 24/06/2008

Mireille Perrier : une perle mirée.

Juliette Binoche : une jolie binette.

Écrit par : L'anonyme | 24/06/2008

Oui, plusieurs fois Anne, je ne m'en étais jamais aperçue, la mère de Marie, l'archétype de la mère. Sans doute, le besoin des cinéastes de se l'attacher. Non ?

Écrit par : Claire | 24/06/2008

Vous me donnez envie de la revoir avant, quand elle n'était ni blonde ni sotte/

Écrit par : Frédéric | 24/06/2008

Mireille, c'est dans Boy meets girl.

Nathalie, c'est dans Un monde sans pitié, inoubliable également...

Quel homme ne s'est pas rêvé en Hyppo, clochard céleste...

- Mais non elle ne s'arrête pas. Qu'est-ce que tu crois ça serait trop simple.
(...)
-Putain ! Va falloir trimer encore...

Et son regard qui s'enfuit avec cette voiture...

En cherchant cette réplique du film, je suis retombé sur cette phrase de Juliette dans un de mes carnets de citations, je vous l'offre Ludovic : "Laisser partir, ne pas chercher à retenir, c'est le travail de la vie". Télérama Hors-série sur Kieslowski (à la sortie de la trilogie).

Écrit par : Phil | 24/06/2008

Meric Phil !

Écrit par : Ludovic | 25/06/2008

Magnifique texte sur une étoile discrète, projetée parfois sans ménagement sur l'écran de nos pensées secrètes.
Je reste pourtant persuadé que Juliette ne nous a pas tout donné. Par peur de s'abîmer, elle qui fut l'égérie d'une marque célèbre de cosmétiques. Restée trop en surface des choses, comme les crèmes aposées telles de vulgaires publicités sur sa peau d'albâtre qui n'en avait pas besoin.
Juliette n'a jamais fait honneur à son difficile patronyme: binoche. J'eus aimé qu'elle s'abandonne à corps perdu, sans se rappeler les caresses des objectifs de réalisateurs éperdûment amoureux. Qu'elle oublie la caméra et déterre de ses mains blanches l'inavouable, triture son âme comme on racle les... binoches.
Et contrairement à vos contributeurs, Ludovic, je pense qu'avec l'excellent "Paris" de Klapisch, elle a entamé une timide avancée au fond d'elle-même. Jamais sans doute n'a-t-elle été aussi vraie dans le rôle de cette femme commune qui attend l'amour comme on attend désespérément, sentant l'âge venir, le dernier train.
Cela me rappelle un masterclass de Michael Caine expliquant ses débuts laborieux au cinéma.
Chaque fois qu'il entamait la scène, le réalisateur tuait son ardeur dans l'œuf, répétant sans cesse : "Non, bon sang, Michael, tu en fais 100 fois trop ! Oublie le théâtre"
Une bonne vingtaine de fois jusqu'au moment où fusa un : "Parfait, Mike! Formidable ! Là, tu l'as!".
Et Michael de protester :"Mais je n'ai rien fait!"
Et le réal de conclure : "Justement, Mike, le cinéma, c'est l'art de ne rien faire... mais de le faire bien!"
Dans "Paris", pour une fois, Juliette ne joue pas. Elle EST cette femme abandonnée à sa douleur et ses doutes. Lumineuse... comme une aurore qu'on aurait oublié de photographier.

Écrit par : Thierry | 10/07/2008

Un grand merci Thierry pour ce codicille.

Écrit par : Ludovic | 10/07/2008

Les commentaires sont fermés.