Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2010

4

Dans la descente vers le lac, la feuille rousse soudain collée sur le pare-brise se déroule comme une main de femme pressée (les doigts nerveux sur la paume malgré tout ouverte) puis elle se détache.

Si j'étais doué en informatique, je fabriquerais volontiers un générateur automatique de critiques cinématographiques pour les rédacteurs fatigués. Cela ne devrait choquer personne puisque la plupart d'entre elles semblent toutes signées de la même plume.

Avec quelques mots-clef, on aurait par exemple : "Jeune trublion du cinéma transalpin, Arturo Vinni (l'auteur du corrosif "Vos papiers !") n'en a pas fini avec nos petites lâchetés quotidiennes. Au gré de saynètes douces-amères, il n'a de cesse de nous rappeler nos démissions successives à travers les mésaventures de Sandra (Augustine Pialat, magnifique), gamine intrépide dont l'énergie à se sortir des mauvais pas fait plaisir à voir. Un film humaniste, tout simplement. A voir d'urgence."

16:46 | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : critiques cinématographiques | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

C'est bô !
On dirait du R2D2 ;)

Écrit par : FredMJG/Frederique | 30/09/2010

ça m'a fait bien rire en tous cas !
Tout est inventé (la flemme de chercher sur Google...) ?

Écrit par : Janis | 30/09/2010

Le problème, c'est plutôt que rien n'est inventé, justement...

Écrit par : Grotesque Animal | 30/09/2010

En effet, Frédérique, il faut peut-être la lire avec ses intonations à lui ...

Tout est inventé, mais avec des lambeaux de réel dedans... Les notules de Télérama sont assez simples à plagier...

Écrit par : Ludovic | 30/09/2010

Qui n'a pas son petit télérama chez soi... ce journal ressemble à ce jouet japonnais( qui a eu son heure de gloire...) s'endormait, s'éveillait, pissait comme un vrai...heureusement les enfants s'en lassent à la fin...

Écrit par : laurence | 30/09/2010

Vous avez, cher Ludovic, omis une phrase dans la critique.
Elle disait que "cette oeuvre décalée, mais atypique, était au final une grande leçon de cinéma; Vinni tient désormais sa place dans la cour des grands"
Etc.

Écrit par : tatum | 30/09/2010

Vous avez raison, laurence, on le sent fragile, presque touchant ce petit, mais il aurait besoin d'une bonne éducation !

Oui, tatum, très important le "décalé" !! (mais il faut que j'en garde un peu pour la suite, j'ai "malaisant" aussi, à ne pas oublier)

Écrit par : Ludovic | 01/10/2010

Les commentaires sont fermés.