Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2010

13

Si le nombre de visiteurs de ce blog diminue aujourd'hui, je n'en voudrai à personne ; après tout je suis le premier à faire un écart lorsque je croise un chat un peu trop sombre.

J'apprends qu'Amanda Sthers (qui est à la littérature et au théâtre ce que Florian Zeller est... à la littérature et au théâtre) possède une bastide si chaleureuse que ses amis doivent réserver longtemps à l'avance pour avoir une chance d'y être accueillis. Le plus cocasse (ou le plus terrifiant, c'est selon) est que c'est l'hôtesse elle-même qui s'en flatte.

Le plagiat aujourd'hui : la copie sans scrupule d'une oeuvre sans intérêt.

 

09:42 | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : amanda sthers, florian zeller | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Pas vu l'ombre d'une échelle ^^
Je suppose que la dame a sa place ici puisqu'elle se pique d'être cinéaste en sus d'être une aubergiste comblée ?

Écrit par : FredMJG/Frederique | 13/10/2010

Faites attention quand même, Frédérique, une échelle, c'est vite arrivé (ce que j'aime et ce qui m'énerve a sa place ici, mais que la dame tourne en plus...enfin, voilà qui ne me suprend qu'à moitié, après tout son ex se piquait bien de jouer la comédie)

Écrit par : Ludovic | 13/10/2010

Ne vous inquiétez pas, ils ont fait ça en famille (oh et puis elle écrit des chansonnettes puisque son ex se casse régulièrement la voix)

Écrit par : FredMJG/Frederique | 13/10/2010

Les commentaires sont fermés.