Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2010

12

Je ne suis pas certain d'aimer autant qu'il le faudrait ceux qui affirment m'aimer autant qu'il est possible ; tant de films amicaux et confortables qu'ainsi je délaisse.

Même dans le pire des navets (Un mari de trop sur TF1 hier avec la chanteuse Lorie), même au sein du pire ersatz de cabotinage (à cet âge, on ne cabotine plus, on fait comme si), Delon parvient encore, par un geste retenu de la main, un sourire léger qui s'attarde, un regard fixé qui pourtant s'absente, à manifester sa force ; et c'est bouleversant.

Je n'arrive pas encore à lire le dernier Houellebecq  : en bas de page et même entre les lignes, des analyses poussées, des remarques judicieuses et des entretiens savants empiètent sur le texte, au point que je me demande si celui-ci n'est pas devenu la mise en bouche de leur grande bouffe.

 

10:06 | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : alain delon, lorie | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

- Votre remarque à propos de Delon me fait penser à cette scène dans Un Amour de Swann (film médiocre mais la Mutti et Delon...) où il tient le rôle de Charlus. Dans une courte scène, il présente à des amis un jeune gigolo. Il y avait là dans un geste arrêté de la main, une violence masquant, et par là-même la faisant advenir, une profonde mélancolie.
Delon est un immense acteur (que l'on songe à Nouvelle Vague).
- Même si j'ai participé à ce grand festin, la notation à propos de Houellebecq ne manque pas de pertinence.

Écrit par : P/Z | 12/10/2010

Je ne me souviens pas de cette scène, mais de ce rôle, oui, qu'il avait su habiter.

J'ai mis de nombreuses années à lire Houellebecq (c'est-à-dire l'an passé !) à cause de cela, cet enfouissement du texte sous son commentaire. A vrai dire je n'aurais qu'à ignorer celui-là, mais je n'y parviens pas, si bien que je dois attendre de l'avoir oublié.

Écrit par : Ludovic | 12/10/2010

Votre remarque sur Delon, acteur que je n'ai jamais tellement apprécié, me fait songer au beau passage du dernier roman de Nabe où l'écrivain croise le comédien...

Écrit par : Dr Orlof | 12/10/2010

Oui, j'ai aussi pensé à ce passage en voyant le téléfilm d'hier ! (vous n'aimez pas Delon, y compris chez Blier ou Melville ?)

Écrit par : Ludovic | 12/10/2010

Si, je l'aime beaucoup dans ces films (et dans "Nouvelle Vague" de JLG)

Écrit par : Dr Orlof | 13/10/2010

Alors tout n'est pas perdu ! (en effet, il est très bon dans le Godard)

Écrit par : Ludovic | 13/10/2010

et chez Visconti, Clément, Losey...

Écrit par : Christophe | 19/10/2010

En effet ! (Et même d'ailleurs chez Verneuil ou Pinhero, c'est dire).

Écrit par : Ludovic | 19/10/2010

Les commentaires sont fermés.