Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2010

49

Tous ces "Observatoires de l'Aggravation" et ces diverses "Assises de l'Homme debout" sont révélatrices : finalement les déclinistes s'agitent autant que ceux qui aiment l'air du temps ; ce sont les bougistes de la Réaction.

Ce film si banal et celui-là si exceptionnel n'ont pas su toucher en moi la moindre corde sensible, ni même éveiller le plus petit intérêt : on ne peut pas plus aimer en terrain conquis qu'en terre inconnue.

Elle pleure, mais si doucement qu'on croit qu'elle dort.

15:26 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Je partage le point de vue de votre ironique 1 et de votre paradoxal 2 (car, je crois que c'est vrai, le singulier comme le commun nous éloignent de l'oeuvre).

Écrit par : Lorisse | 23/12/2010

J'aime assez le nom de ces Assises-là, elles résument bien le ridicule de certains !

Écrit par : Villepois | 23/12/2010

Il faut du lien, Lorisse, mais pas trop serré !

Il vaut mieux en rire, en effet Villepois.

Écrit par : Ludovic | 23/12/2010

Les commentaires sont fermés.