Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2010

50

Il ne va au cinéma que pour donner tort au film. Il met un point d'honneur à détourner les yeux au moment des entrées fracassantes, à hausser les épaules à chaque rebondissement, à ne jamais suivre dans le bon sens un travelling ou un panoramique. Certains assurent même l'avoir vu rester devant l'écran bien après le mot Fin.

Si comme le prétend Onfray, Freud a tort, j'aimerais bien qu'on m'explique Dario Argento.

Ne jamais réveiller une femme qui pleure.

11:25 | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : onfray, freud, dario argento | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Excellents !

Écrit par : Mistinguett | 23/12/2010

Je vous lis quotidiennement et je vous en remercie !

Écrit par : valérie méjean | 23/12/2010

C'est moi qui vous remercie.

Écrit par : Ludovic | 23/12/2010

Laissons tantôt s'épaissir les mystères...

Écrit par : FredMJG/Frederique | 23/12/2010

Vous avez raison, épaississons, épaississons !

Écrit par : Ludovic | 23/12/2010

C'est pour marquer le contretemps...oui elle risquerait de s'épancher dans votre petit mouchoir...

Écrit par : laurence | 23/12/2010

Il faut aussi se méfier des mouchoirs trop grands, qui croient consoler alors qu'ils incitent à pleurer davantage.

Écrit par : Ludovic | 24/12/2010

Les commentaires sont fermés.