Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2011

108

Ce n'est qu'à force de lui crier "je t'aime" en toutes occasions qu'elle avait fini par s'en persuader, mais une seule pensée négative à son encontre a suffi pour qu'elle s'en déprenne.

Parmi les mots d'ordre contradictoires dont les médiatiques font leur miel, il y a tout à la fois la promotion de ceux qui "assurent" et le respect pour ceux qui savent "lâcher prise". Il faudrait être un battant adepte du carpe diem, un nonchalant qui tire son épingle du jeu, un philosophe activiste...ou un nietzschéen de gauche. 

La séquence finale du Héros sacrilège de Mizoguchi : "amusez-vous, riches ! Demain nous appartient !"

09:48 | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : mizoguchi, le héros sacrilège | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Florence Foster Jenkins

Écrit par : laurence | 22/04/2011

Je ne connaissais pas mais quelle biographie !

Écrit par : Ludovic | 22/04/2011

The world is mine ...

Écrit par : Tietie007 | 09/06/2011

Les commentaires sont fermés.