Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2007

CHOSES PUBLIQUES

9455f17de15c9e89c20e4bd2d4580b09.jpg
Lured, de Douglas Sirk
3ad192acb26d9f795a77d75f1379602a.jpg
En cas de malheur, de Claude Autant-Lara

La modernité, c'est la pornographie de chacun intégrant l'érotisme de masse.
C'est le plaisir accepté lorsque reproductible, honoré puique expliqué, promu parce qu'éventé.
C'est le bien pour tous, ou rien.
La modernité, c'est la piteuse actrice pour adultes, au regard neutralisé, qui se déclare amoureuse face caméra, plus obscène alors que dans une quelconque partie, filmée ou non.
C'est l'échangiste interrompu par la Bourse sur son portable, et remettant son échange à plus tard.
La modernité, c'est l'hésitation devenue taboue, le retrait hué et le filigrane spectaculaire.
C'est l'explicitation intensive de toutes les esquisses, le nettoyage ministériel des ambiguïtés, l'éclairage Philippe Stark de l'alcôve.
C'est le sex-toy au vingt-heures et Brisseau devant la justice.

10:10 | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : Jean-Clause Brisseau, Clara Morgane, Sex-toys | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |