Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2010

31

Je ne sais s'il s'agit de sa silhouette trop ondulante ou de sa langue si venimeuse, mais il m'est arrivé plus d'une fois de vouloir l'écraser du talon.

La différence entre un érudit idiot et un ignare finaud tient finalement à peu de choses ; l'un comme l'autre se révèlent devant toute manifestation poétique, incapables de silence.

La première demi-heure du Sunchaser de Cimino, cette sortie en catastrophe hors de la ville qui fait passer  le médecin (sous la menace de son patient) de la chambre d'hôpital aseptisée aux quartiers qui grondent, est une critique radicale du modèle social américain. Le cinéaste la recouvre ensuite de grands espaces et de grandes théories, se concluant par l'exaltation mièvre de l'hyperindividualisme, conception des rapports humains qui est justement à la racine du désastre si bien représenté en ouverture.

13:38 | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : sunchaser, cimino | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |