Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2007

SALUT

L'implacable sociologie dionysiaque de Maffesoli est la seule alternative crédible à celle de Muray, mais faut-il choisir ?
Quelques extraits de son dernier essai où la participation, l'initiation fraternelle, l'interdépendance reprennent leurs droits, envoyant aux oubliettes le besoin de domination des individualistes moraux.
Bernard-Henri Lévy et André Glucksmann ont-ils vraiment existé, se demandent les chiens, un soir, à la veillée.


"...penser tout à la fois la décomposition du monde moderne et de sa morale universelle..."

"...il s'agit d'un travail de sape qui permettra l'effondrement de ces institutions totalement pourries...Rien ni personne ne se reconnaît plus en elles, et pourtant, comme si de rien n'était, elles continuent à dire le droit, à édicter ce qui devrait être."

"Disons-le tout net, la morale est cela même qui représente un monde qui n'est plus."

"Ce monde qui n'est plus, c'est celui reposant sur la foi messianique dans l'Histoire. L'Histoire, divinité des temps modernes, va fonder la morale universelle sur la croyance en sa Loi : celle de l'émancipation qu'elle propose. Les grands totalitarismes du XXe siècle auront, chacun, une interprétation de cette émancipation, mais l'utopie communiste, le millénarisme national-socialiste, ou la société sans risques du libéralisme ont, tous, un moteur identique : il y a un Salut possible."

(Michel Maffesoli, Le réenchantement du monde, La Table Ronde)

d949c3ba4ef23a2d0d9bf177b998c366.jpg

Le jour d'après, de Roland Emmerich

0097ffd78c905faf8fc1512cff45e22b.jpg

L'incendie du temple, de Monsu Desiderio

14:05 | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Maffesoly, Muray, totalitarismes | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Heureux de vous savoir revenu parmis nous qui nous languissions de vos notes, Ludovic...
En esperant que ces congés estivaux vous auront été profitables!

Écrit par : Emmanuel Rousselet | 01/08/2007

Pour moi, cet été sans vacances m'aura permis la relecture des essais de culturanalyse* (plus un certain nombre de ses poèmes...) d'un capital - trop méconnu: le barde nomade écossais Kenneth White...

Mais pour ce soir, treve de médecine d'urgence (et de géopoètique): Tarentino!!!


*Une apocalypse tranquille, la pensée nomade, Figures du dehors, le plateau de l'albatros; oeuvres propres à reculer la venue du dernier homme...

Écrit par : Emmanuel Rousselet | 01/08/2007

Belles lectures, Emmanuel, les entretiens avec Kenneth White, je n'ai plus dans l'immédiat les titres en tête, sont aussi passionnants.

Écrit par : Ludovic | 02/08/2007

Les commentaires sont fermés.