Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2009

MYSTERE ?

2.jpg
« La différence des sexes n’est pas non plus la dualité de deux termes complémentaires, car deux termes complémentaires supposent un tout préexistant. Or, dire que la dualité sexuelle suppose un tout, c’est d’avance poser l’amour comme fusion. Le pathétique de l’amour consiste dans une dualité insurmontable des êtres. C’est une relation avec ce qui se dérobe à jamais. La relation ne neutralise pas ipso facto l’altérité, mais la conserve. Le pathétique de la volupté est dans le fait d’être deux. L’autre en tant qu’autre n’est pas ici un objet qui devient nôtre ou qui devient nous; il se retire au contraire dans son mystère."
(Emmanuel Lévinas, Le Temps et l'autre)

Commentaires

Il me souvient d'avoir lu cette citation quelque part. L'aviez-vous déjà mentionnée sur ce même blog précédemment ?
En tout cas, je la perçois cette fois-ci avec plus d'acuité, n'ayant pas saisi alors la profondeur et la vérite du Mystère.
Merci, donc.

Écrit par : fromageplus | 08/07/2009

C'est possible, mais je ne m'en souviens pas !

Bien à vous.

Écrit par : Ludovic | 08/07/2009

Je viens de revoir par cette après-midi pluvieuse le seul film de Truffaut que j'aime vraiment, sans doute parce qu'il est assez peu truffaldien: La peau douce.
On dirait, cher Ludovic, que Lévinas a écrit cela à la sortie du film...

Écrit par : Jérôme Leroy | 08/07/2009

L'attachement de BHL à Lévinas est parfaitement justifié : c'est de la pure branlette. L'idéologie judéo-chrétienne étant fondée sur la génitalité, tous les arguments sont bons pour la sanctifier. Il n'est certes pas facile d'éviter l'anthropomorphisme, en science comme en philosophie ou en théologie, mais celui de Lévinas est vraiment de bas étage, un énième pastiche boche de Platon.

Écrit par : Lapinos | 08/07/2009

Lapinos : je vous met au défi de prononcer "pastiche boche" plus de deux fois de suite sans difficulté ! Plus sérieusement, il me semble, pour vous avoir souvent lu sur les femmes, que vous auriez plutôt dû être d'accord avec le sens de cette citation...

Jérôme Leroy : oui, "La peau douce" est en général le film préféré de ceux qui n'aiment pas Truffaut (et c'est de ce fait aussi celui-là que je sauverais de son oeuvre à la fois trop mièvre et trop carré).

Écrit par : Ludovic | 09/07/2009

En lisant ce texte de Lévinas un autre texte de Montaigne me revient en mémoire celui sur l'amitiè c'est je ne sçay quelle quinte essencede tout ce meslange, qui,ayant saisi toute ma volonté, l'amena se plonger et se perdre dans la mienne; qui ,ayant saisi toute sa volonté, l'amena se plonger et se perdre en la mienne,d'une faim,d'une concurrence pareille. Je dis perdre, à la vérité, ne nous réservantrien qui nous fut propre, n'y qui fut ou sien ou mien"

Écrit par : laurence | 09/07/2009

Tout ça parce que, au départ, l'homme et la femme ont découvert que leurs organes génitaux étaient complémentaires. Après tout ce qui a été échafaudé... Il faudrait pouvoir se dire et s'entendre en dehors de nos programmations mentales : c'est pas gagné !

Écrit par : GFTNl | 13/07/2009

La programmation mentale de Lévinas en l'occurrence c'est que la copulation = l'amour. Il est vrai que le cinéma hollywoodien a fait du couple une sorte de modèle de l'amour parfait en s'appuyant plus ou moins sur une morale chrétienne en pleine décomposition (il est plus facile de justifier le célibat que le mariage à partir des Evangiles, dans la mesure où le mariage de Marie est "morganatique", que Jésus lui-même ne s'est pas marié et qu'il méprise la question du mariage autant que celle du patriotisme juif, se préoccupant seulement du sort de la femme répudiée ou qu'on se prépare à lapider hypocritement.)

Mais c'est le stratagème habituel de la doctrine capitaliste de dissimuler ses mobiles fiscaux ou patrimoniaux derrière des motifs spirituels ou romantiques (assez transparents).
Pour faire plaisir à Maubreuil, je citerais même ce film qui a fait un carton, "Pretty woman", et qui ennoblit une prostituée qui va se sublimer en... se mariant - propagande utile dans une nation où la prostitution est une véritable industrie.
On ne sait pas d'ailleurs non plus très bien si BHL est marié avec Arielle Dombasle ou si elle est un bel article promotionnel dans une vitrine (à moins qu'elle soit de religion lesbienne, on peut se demander d'ailleurs ce qu'en retour la Dombasle gagne dans une alliance avec un colin froid comme BHL ?)

Le détail intéressant, c'est que Lévinas voit les sexes comme des termes différents, c'est-à-dire comme des mots ou des signes (+ et -). D'où je m'autorise à déduire une fois de plus après Marx que l'existentialisme n'est que pure branlette - branlette à deux ou branlette tout seul. La philosophie de Lévinas tire les dividendes du drame bourgeois (= 0).

Écrit par : Lapinos | 26/07/2009

Les commentaires sont fermés.