Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2011

66

Tout est bâti sur du sable, et jusqu'à notre mémoire, si bien que nous ne cessons d'oublier cette évidence pour mieux reprendre, après chaque effondrement, une brique de plus.

Ceux qui défendent le libéralisme se retranchent derrière le fait qu'il s'agit moins d'une idéologie que d'une physique sociale, salutaire puisqu'inéluctable. C'est ni plus ni moins ainsi que certains marxistes considèrent la lutte des classes.

Mutantes de Virginie Despentes : post-modernes par excellence, les philosophes queer et les penseurs trans-genres affirment inventer le monde de demain alors qu'ils sont prisonniers de toutes les grilles d'hier, telles la fascisation de l'ennemi ou le culte des alternatives viciées (libération/conditionnement ; normatif/dissident).

14:10 | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : mutantes, virginie despentes | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Très juste remarque sur la "pensée trans-genre"...

Écrit par : Bénédicte | 18/01/2011

Vous comprendrez aisément pourquoi j'approuve votre première phrase (quoique votre mémoire ne me paraît guère poreuse....). Bonne année et bonne continuation pour vos écrits toujours passionnants !

Écrit par : Damien (de sable) | 18/01/2011

Bénédicte, une telle appréciation me laisse penser que vous êtes bien trop hétérocentrée !

Merci beaucoup Damien, et très bonne année à vous, en espérant un jour vous lire à nouveau.

Écrit par : Ludovic | 18/01/2011

Cher Ludovic, il s'agit effectivement d'un cadeau empoisonné que vous m'avez fait ! (Et les trois lignes que vous consacrez au film me semblent amplement suffisantes pour le caractériser. Je suis persuadé que je ne pourrai pas faire mieux que vous!)

Écrit par : Dr Orlof | 24/01/2011

Ah mais ce n'était pas du tout un cadeau...
A mon avis, c'est par votre grande connaissance du cinéma érotique et/ou pornographique des années 70-80 que vous pouvez peut-être "répondre" au film, un film où une performeuse parle ainsi d'un de ses spectacles (où elle commence par montrer ses seins, avant toute une série de péripéties sanglantes et d'humiliations vis-à-vis de celui qui joue l'hétérosexuel) : "après ça, en voyant des seins, ils (les hommes dans le public) seront terrifiés et ça, c'est une très bonne chose"...

Écrit par : Ludovic | 25/01/2011

Les commentaires sont fermés.