Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2011

67

Ceux qui ne sont pas leur plus impitoyable juge finissent toujours par vous déclarer coupable.

Les oeuvres d'art ne peuvent remplacer la personne manquante, mais ce sont elles pourtant qui vous apprennent ce qu'elle était, ce qu'elle fait, ce qu'elle deviendra. Ainsi un film peut-il être une efficace agence de renseignements et un roman l'utile vade mecum de notre existence.

Je l'observe à la dérobée depuis le début du repas : le tic nerveux qui déporte vers la gauche son beau et large sourire, annule idéalement son pouvoir de séduction ; il s'associe malheureusement à un clignement intempestif de la paupière qui gâchant la belle neutralité ainsi obtenue, change ce visage en grimace.

12:03 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Selon la formule consacrée, j'aime beaucoup ce que vous faites.
En particulier votre capacité à exprimer des notions complexes, qui me font parfois cogiter des jours !, avec clarté. Cela me paraît d'autant plus précieux que la mode est plutôt à l'inverse, au simplisme s'avançant masqué derrière les circonvolutions langagières ou "les slogans qui font mouche" !

Écrit par : Crémaster | 18/01/2011

Vous rejoignez bien , d'après votre 2, les ciné-fils.

Écrit par : laure | 18/01/2011

Vous êtes bien urbain, Crémaster ; sur la mode, c'est tout à fait juste, il suffit d'écouter les philosophes de plateau.

Oui, laure, le rapport à la cinéphilie de Daney est aussi de cet ordre.

Écrit par : Ludovic | 18/01/2011

Les commentaires sont fermés.