Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2013

PRETEXTES

imagesCA6JDURH.jpg

En dépit de ses prétentions, le film choral n’est jamais une représentation de l’interdépendance universelle qui serait tapie sous l’apparente séparation de nos existences, mais tout au contraire, sa parodie moralisatrice, sermonnant un individu globalisé, interchangeable, c’est-à-dire mensonger. De même n'est-il jamais une mise en scène de l’intersubjectivité, mais le prétexte aux complaisantes ramifications de l’autofiction. 

 

Ainsi, dans 21 grammes ou Babel, Inarritu prend-il soin de n’oublier, dans la trame vériste de son récit et l’authenticité de ses décors, aucun enjeu socio-politique contemporain, mais sans pouvoir cependant donner la moindre incarnation à des personnages réduits à leur déplaisant stéréotype médiatique, n’ayant de ce fait aucune importance, puisqu’aucune prise réelle sur notre présent. Ainsi dans Partir, revenir, Il y a des jours et des lunes, La Belle Histoire ou Les Parisiens, Lelouch a-t-il beau démultiplier ses personnages aux quatre coins des classes sociales, des époques historiques ou des genres cinématographiques, est-ce bien toujours lui, à travers eux, qui fait avec une candeur qui force l’admiration, ses déclarations et ses adieux.

Commentaires

Pour qu'il y ait une "Cage aux rossignols" encore faut-il qu'il y eut des rossignols !

Écrit par : iPidiblue redites-le en choeur ! | 11/02/2013

Oh nuit viens apporter à la terre
Le calme enchantement de ton mystère
L'ombre qui t'escorte est si douce
Si doux est le concert de tes voix chantant l'espérance
Si grand est ton pouvoir transformant tout en rêve heureux

Oh nuit, oh laisse encore à la terre
Le calme enchantement de ton mystère
L'ombre qui t'escorte est si douce
Est-il une beauté aussi belle que le rêve ?
Est-il de vérité plus douce que l'espérance ?

Écrit par : iPidiblue redites-le en choeur ! | 11/02/2013

venez sur http://www.mistergoodmovies.net pour voir des bandes annonces et des films en streaming.

Écrit par : film streaming | 12/02/2013

Ah la manécanterie... toute mon enfance !

Film streaming, et si vous disparaissiez ?

Écrit par : Ludovic | 13/02/2013

Quid du film choral vu par Sautet ? Il n'a pas fait que cela, mais il en a tourné beaucoup : César et Rosalie, Vincent, François, Paul et les autres, Mado, Une histoire simple, Garçon... Il n'y a pas que cela chez lui, certes, mais il y a aussi cela. Il ne me semble pas que vos remarques puissent s'appliquer à lui, mais je me trompe peut-être.

Écrit par : Jacques Layani | 13/02/2013

C'est vrai. J'incriminais plutôt le film "choral" où des historiettes isolées finissent par se rencontrer pour interagir entre elles, où tout est fait pour lecoup de théâtre scénaritique ait lieu, au détriment voire au mépris de chacune d'entre elles prise individuellement... Soit le contraire du cinéma de Sautet !

Écrit par : Ludovic | 13/02/2013

Et que dire de Magnolia de Paul Thomas Anderson ?
Une œuvre qui dépasse les stéréotypes des personnages, au contraire des films choral habituels (bien que 21 grammes possède une force narrative déstructurée au-dessus de la moyenne) en leur conférant des aspérités se cognant à l'absurdité du monde.

Écrit par : Sylvain Métafiot | 13/02/2013

Pas vu ! (mais à voir dans une rétrospective PTA prochainement)

Écrit par : Ludovic | 14/02/2013

... en leur conférant des aspérités se cognant à l'absurdité du monde.

Écrit par : Sylvain Métafiot | 13/02/2013


Ouille ! ouille ! ouille !

Écrit par : iPidiblue absurde mais résistant | 16/02/2013

Les commentaires sont fermés.