Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2013

MEDUSE

 

gothika02.jpg

stendhaldvdy03.jpg

Contrairement aux personnages de roman, le héros de cinéma a toutes les peines du monde à cultiver le retour sur soi : contraint à la frénésie du mouvement ou à l'immobilité factice, il n'évolue qu'en se transformant, ne prend conscience que par révélations, n'apprend que pour mieux oublier. C'est toujours par des signes extérieurs qu'on nous assure qu'en lui une alchimie, une sédimentation, ont bien eu lieu. Lorsqu'il prend le temps de se regarder -ce qui est sa seule vraie méditation-, c'est le signe qu'il va bientôt céder la place, car cette position n'est pas tenable, comme l'ont montré tous les héros melvilliens, observant leur reflet avant de mourir quelques plans plus tard.

Il n'y a pas d'homme intérieur chez le héros de cinéma, tout entier dans l'affect et la posture, agi bien davantage que se regardant agir, effacé dès qu'il prétend prendre conscience. Sa seule chance de s'en sortir est de confondre d'autres spectres que lui, de se voir en train de les regarder, d'en percer à jour l'identique surface en les placant à leur tour sur l'écran qu'il occupe, d'en déjouer les ruses en n'interagissant plus qu'avec leur représentation, à l'instar de Persée échappant à Méduse au moment où il n'en regarde plus que l'image, soit son reflet sur sun bouclier. Ainsi, croiser un regard dans un miroir, identifie le coupable et sauve celui ou celle qui aurait pu en être la victime, avant même que le jeu ne débute.

Commentaires

Méduse n'est pas une femme en état de faiblesse puisque son regard sidère ceux qui osent le soutenir ; certains hommes lui reprochent son attitude ...

Écrit par : iPidiblue et la vengeance des miroirs | 22/03/2013

Très bien vu, sur cette idée je vous invite à regarder la série Fringe.

Écrit par : T.G. | 22/03/2013

Je note !

Écrit par : Ludovic | 22/03/2013

C'est une belle méditation sur cette ombre volubile et hyperactive qu'est le personnage du grand écran. Et pourtant ce qui n'est qu'une image ( on dirait phénoménale à la manière de Kant) sert parfois de paradigme esthétique à des millions de personnes.

Écrit par : tunmez | 26/03/2013

Quel bel hommage au Choc des Titans... Oups, désolé.

Écrit par : Sylvain Métafiot | 28/03/2013

Ah mais pour l'hommage, c'est là :http://cinematique.blogspirit.com/archive/2012/06/28/9.html !

Écrit par : Ludovic | 28/03/2013

Aha oui, je me souviens de cette belle description de l'affrontement entre Persée et Méduse !

Écrit par : Sylvain Métafiot | 30/03/2013

Les commentaires sont fermés.