Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2011

UN DERNIER POUR LA ROUTE

tarzan-kitten.jpg

big_fish-104df.jpg

Se laisser porter par les événements ou tenter de les orienter ? Suivre sa pente ou se faire violence ? Prendre part ou prendre parti ? Méditer ou militer ? La Gîta ou Steve Jobs ? Vous êtes coincé entre le héros soudain volontariste de Big Fish et Tarzan à la merci de l'éléphant qui l'enserrant de sa trompe, le dépose chez lui ; coincé entre les deux seuls mots d'ordre encore audibles aujourd'hui, "carpe diem" et "Do it !".

Vous aimeriez avoir le regard tranquille, mais vos mains... Vous paradez l'air ailleurs, et pénétrez peu à peu tous les cercles en faisant mine de vous intéresser à leurs marges. Vous lisez Le Point, mais en opinant du chef à chaque envolée de Montebourg. Vous vous encanaillez avec Foenkinos tout en regrettant la carrure de Léautaud. Vous vous perdez dans les méandres numériques sans même avoir entendu parler de High Sierra.

Vous n'êtes pas facile à coincer et pour quelque temps encore tout vous sourit, héraut de la décadence pop gentiment déboussolé, tyran placide jamais remis en question, future chair à canon.

20/06/2007

PARIS HILTON NE VOUS AIME PAS NON PLUS

A force de voir s'esclaffer les marioles du Show sur la vacuité de Paris Hilton, grande bringue à la voix de fausset gentiment exhibitionniste (mais pas davantage, il me semble, que ces comédiennes payées pour nous certifier au fond des yeux, la lèvre humide, qu'elles valent beaucoup), à force de les entendre s'affoler que cette femme qui n'est rien d'autre qu'une héritière, soit célébrée, comme s'ils étaient autre chose eux-mêmes, ces paladins de l'entregent, que des héritiers, tenant contre vents et marées la barre bien érigée de leur ambition mielleuse, j'ai fini par la regarder.

Cette femme minaudière et facile est bien la proie rêvée de tous ceux qui brûlent de coucher pour réussir à refuser de coucher, ces humoristes décapants, ces éditorialistes rageurs, ces journalistes impliqués qui savent si bien quand mordre et quand lécher, qui frissonnent d'être interrogés en gros plan par ceux qu'ils brocardent, qui tout autant qu'elle, n'ont rien fait d'autre que de se bâtir une notoriété pour ête célèbre, de se faire connaître pour être reconnu, de créer l'événement pour en être, qui ont patienté pour placer leurs vannes ou leurs papiers, leurs révélations ou leurs aveux au moment opportun, comme elle et ses seins dénudés par inadvertance, ses oublis fâcheux de culotte, ses ébats retransmis.

Comment se moquer sans être un vrai salaud de ces vidéos verdâtres, où ses rires de gamine mal gâtée s'étouffent sans râle sous les coups de boutoir d'un quelconque abruti tatoué, à la voir consciencieusement imiter, sans se décoiffer ni transpirer, les fellations réglementées des sex-stars de motels en réprimant un baillement, à la voir si frigide et fragile quand un mâcheur de chewing-gum aux yeux plein de bière s'échine brièvement.

Le problème n'est pas que Paris Hilton ne soit rien d'autre qu'un simulacre, célèbre parce que connu, connu parce que vu, vu parce que montré, mais que les autres spectres face caméra, artificiers de leur propre néant, s'en insurgent. Elle n'est rien puisque l'on peut tout savoir d'elle, elle n'est rien mais a le mérite touchant de ne pas ironiser sur ceux qui veulent à tout prix être quelque chose, ceux qu'Hanna Schygulla décrit si bien dans cette très belle note sur les désarrois de Cannes ("Nous étions encore post-brechtiens, on voulait rendre la réalité légèrement étrange, empêcher l'identification totale. Maintenant, pour les jeunes, la question est de trouver sa place."), ces impétrants qui jouissent si fort de brûler les images qu'ils collectent, cette inqualifiable engeance de candidats.

medium_Capt_film.2.jpg

Taxidermia de György Pálfi