Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2011

115

Elle me demande avec ironie si je suis de bonne famille, fait mine de s'inquiéter de mes origines pour très vite en arriver aux siennes, à leurs méandres, leur pittoresque. Elle se flatte d'être sans attache mais louche, moqueuse et désemparée, sur la chevalière de son voisin de table. Sa liberté est sans pareille, et sans espérance.

Le plus beau film n'est pas celui que l'on n'a pas encore vu, ni celui que l'on ne peut oublier, mais celui qui enfin nous comprend.

Cela fait deux années consécutives (et cela faisait longtemps que ce n'était pas arrivé) que la Palme d'or revient à un grand film ; du coup une certaine frange de la critique prompte à publier son palmarès singulier, à s'insurger en force ou à se moquer en douce, se retrouve en plein désarroi, se raccrochant à la nazification express de Lars von Trier voire aux calembours (Cannes contre Kahn ?) pour tromper son ennui, et mieux dissimuler sa faillite.

14:10 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : cannes | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

20/06/2007

PARIS HILTON NE VOUS AIME PAS NON PLUS

A force de voir s'esclaffer les marioles du Show sur la vacuité de Paris Hilton, grande bringue à la voix de fausset gentiment exhibitionniste (mais pas davantage, il me semble, que ces comédiennes payées pour nous certifier au fond des yeux, la lèvre humide, qu'elles valent beaucoup), à force de les entendre s'affoler que cette femme qui n'est rien d'autre qu'une héritière, soit célébrée, comme s'ils étaient autre chose eux-mêmes, ces paladins de l'entregent, que des héritiers, tenant contre vents et marées la barre bien érigée de leur ambition mielleuse, j'ai fini par la regarder.

Cette femme minaudière et facile est bien la proie rêvée de tous ceux qui brûlent de coucher pour réussir à refuser de coucher, ces humoristes décapants, ces éditorialistes rageurs, ces journalistes impliqués qui savent si bien quand mordre et quand lécher, qui frissonnent d'être interrogés en gros plan par ceux qu'ils brocardent, qui tout autant qu'elle, n'ont rien fait d'autre que de se bâtir une notoriété pour ête célèbre, de se faire connaître pour être reconnu, de créer l'événement pour en être, qui ont patienté pour placer leurs vannes ou leurs papiers, leurs révélations ou leurs aveux au moment opportun, comme elle et ses seins dénudés par inadvertance, ses oublis fâcheux de culotte, ses ébats retransmis.

Comment se moquer sans être un vrai salaud de ces vidéos verdâtres, où ses rires de gamine mal gâtée s'étouffent sans râle sous les coups de boutoir d'un quelconque abruti tatoué, à la voir consciencieusement imiter, sans se décoiffer ni transpirer, les fellations réglementées des sex-stars de motels en réprimant un baillement, à la voir si frigide et fragile quand un mâcheur de chewing-gum aux yeux plein de bière s'échine brièvement.

Le problème n'est pas que Paris Hilton ne soit rien d'autre qu'un simulacre, célèbre parce que connu, connu parce que vu, vu parce que montré, mais que les autres spectres face caméra, artificiers de leur propre néant, s'en insurgent. Elle n'est rien puisque l'on peut tout savoir d'elle, elle n'est rien mais a le mérite touchant de ne pas ironiser sur ceux qui veulent à tout prix être quelque chose, ceux qu'Hanna Schygulla décrit si bien dans cette très belle note sur les désarrois de Cannes ("Nous étions encore post-brechtiens, on voulait rendre la réalité légèrement étrange, empêcher l'identification totale. Maintenant, pour les jeunes, la question est de trouver sa place."), ces impétrants qui jouissent si fort de brûler les images qu'ils collectent, cette inqualifiable engeance de candidats.

medium_Capt_film.2.jpg

Taxidermia de György Pálfi