Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2009

SECTEUR

La maladie d’Alzheimer sert depuis une décennie au moins divers registres de fictions, notamment cinématographiques. Il s’agit en général de petites chroniques nostalgiques sur le temps en fuite, filmées avec toute la bonne conscience doucereuse de la bourgeoisie victimaire, régulièrement fausses dans leur description clinique alors même qu’elles veulent à tout prix dégager le parfum du vécu. Il est des gens qui attachent tant d'importance à leur petit parcours de vie alors même que leur transmission de valeurs est essentiellement financière (cf l'éloquent "Roi et reine " de Desplechin), qu'il leur importe, littéralement, de faire un drame de l'oubli, et de la perte de souvenirs des instants de mélancolie nimbés de philosophie delermienne (Philippe ou Vincent).

Nicolas Boukhrief est un cinéaste qui fait partie des rejetons de Starfix (Gans, Laugier), génération sans envergure ni initiatives hormis celle de copier/coller sans aucun souci de synthèse ou de résonance, des styles, des thèmes et des ambiances, patchwork cinéphile dont le caractère bis viendrait, on se demande bien pourquoi, sauver la mise, brouhaha formaliste au bout du compte plus insignifiant que déplaisant. Mais c'est justement pour cela que Cortex parvient à toucher juste, en brossant cinématographiquement (gros plans insistants et panoramiques superficiels ; minimalisme des faits et exacerbation de leurs causes et conséquences) l’enfermement d’un patient dans sa maladie comme dans sa clinique, aux décors et aux rythmes également répétitifs. Le héros, ancien inspecteur de police est-il paranoïaque, affabulateur ou bien berné par ses défauts perceptifs, ses failles mnésiques, ses reconstitutions fragiles et suggestibles ? A l'inverse piste t’il vraiment un criminel ? Par cette ambiguïté constitutive, le film dévoile l’ambivalence d’une maladie affectant initialement le cerveau par secteurs, juxtaposant ainsi la lucidité aux errements.

C'est justement le caractère à la fois fermé, auto-référentiel, codifié à l'extrême, c'est-à-dire pompier de ce cinéma, et dans le même temps son propos débarrassé de toute préoccupation sociale mais paradoxalement encombré de psychologisme intempestif, autrement dit roublard, qui lui permet d'illustrer idéalement les contradictions de cette maladie, jamais propre, toujours dévastatrice, et effrayante justement par son sytématisme et ses stéréotypes.

18865346_w434_h_q80.jpg

11:07 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : cortex, boukhrief, gans, laugier | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

31/08/2008

SHOCK CORRIDOR

a0927bc6d67a7db3f64467c70a6f7304.jpg


En plein règne panoptique, il n'y a pas à s'inquiéter : tout se sait, donc rien ne dure.

Mais le Système depuis longtemps auto-suffisant et auto-satisfait, n'a plus besoin de cacher ses manigances : leur dévoilement le sert puisque celui-ci lui permet entre autres de toujours mieux affiner celles-là.

La Terreur d'aujourd'hui n'est pas uniquement l'effondrement social des pays acquis de gré ou de force au "capitalisme du désastre", elle réside aussi dans leur désordre spirituel, dans la perpétuation sereine des désastres malgré les dénonciations les plus hautes en couleurs qui les encadrent, voire les accompagnent, qui n'en sont jamais que les produits.

Que le code soit inconnu ou déchiffré ne change rien à la donne quand c'est notre attitude de réceptionniste, notre posture de patient, toujours plus cultivé, informé, concerné, ironique, sceptique, qui est la racine du mal.

Nous voyons le monde en Windows infiniment diversifiées, parfois connectées sur des détails, le plus souvent superposées sans lien, séparées par notre regard moderne désormais incapable de résolution.

Et c'est ainsi que Naomi Klein, sans esclandre ni scandale, se vend en supérette, entre Musso et Barbéry.

7c559b91e59eca63a0861fe61c8747a2.jpg