Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2007

FAUSSES FENETRES

Il fut un temps où ce que l'on croyait avoir vu comptait moins que ce que l'on désirait voir, où les faits forcément mensongers avaient moins d'importance que les rêves toujours neufs.
Et puis, vint le temps des pisteurs, de ceux qui à tout instant élucident. Il fallut à leur suite croire aux nouvelles, faire rendre gorge au moindre plan, pénétrer au fond du champ, là où la trappe enfin coulisse.
Tout y était sans bavure, et sans plus la moindre échappée.

fc2a956ba10f871c69fd6ac2dfc2d31a.jpg
Le silence, d'Ingmar Bergman

7587d95426363745e59da51c5e0c1d43.jpg
Première désillusion, de Carol Reed

Commentaires

Les morts sont au travail.

Écrit par : . | 13/11/2007

Du "Mirage de la vie" (imitation of life) à la télé-réalité, en quelque sorte... Ludovic, vous nous parlerez un jour de Douglas Sirk?

Écrit par : Dr Orlof | 13/11/2007

Je suis justement en train de visionner le coffret de quatre de ses films hollywoodiens !

Écrit par : Ludovic | 14/11/2007

Les commentaires sont fermés.