Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2010

MORTS AUX IDIOTS

Il existe une guerre transversale à la plupart des conflits contemporains, celle qui oppose les intelligents aux sensibles. A l'appui des seconds, si facilement écrasés par les rationnels, les raisonneurs, les experts, tous ceux qui calculent méthodiquement et programment sans scrupules, résistent une certaine littérature et certains films. La Dilettante, de Pascal Thomas, par exemple, revu il y a quelques jours, qui exalte si bien les fidélités anachroniques ; les poèmes de Kenneth White, également, insistant sur des riens, louant de beaux et brefs instants.

Et puis ce texte de Bruno Deniel-Laurent, intitulé Morts aux idiots, dans le numéro de juin de Causeur, qui n'est malheureusement actuellement accessible en ligne que sur Facebook, mais qui le sera prochainement sur le site de l'auteur, et qui constitue une belle gifle aux intelligents de toute obédience. 

Commentaires

Comme je te le disais, il y a ceux qui dressent des procès-verbaux style Houellebecq et ceux qui préfèrent s'évader dans leurs songes ... chacun son genre, flic ou voyou il faut choisir, moi je préfère être un voyou des rêves, un outlaw de la vie !

Écrit par : iPidiblue hors la loi de la vie | 11/06/2010

Je comprends bien cela, mais dans les meileurs passages des romans de MH, il y a aussi il me semble, cette évasion, il n'y a pas que le procès de la modernité. Par exemple les dix dernières pages de "Extension", ou tout simplement les commentaires de Daniel24 dans "La Possibilité d'une île", vont ailleurs, enfin sans cynisme.

Écrit par : Ludovic | 11/06/2010

"Il existe une guerre transversale à la plupart des conflits contemporains, celle qui oppose les intelligents aux sensibles." Tres juste et ca meritait bien que je vous vole cette reflexion,j'en ai fais bon usage.

Écrit par : Terence | 14/07/2010

Les commentaires sont fermés.