Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2010

LAISSE-MOI ENTRER, DE MATT REEVES

 

_let_me_in_remake_p2.jpg

   Des enfants qui n'ont pas de parents cessent d'être humains. Un amour qui a autant besoin de sang que de vers hendécasyllabiques cesse d'être courtois. Une Juliette qu'aucun Roméo n'a eut la stupidité de rejoindre sur sa couche mortuaire est une nosferatu. Un Roméo qui a pris soin de mettre sa mie à l'abri d'une malle-cercueil est un non-vivant - ensemble, ils sillonnent le monde, notamment « l'Israël américain de Dieu », ces Etats-Unis dont ils se font joie à chaque étape du Scholomance-express de saigner à blanc les piquets de prière. Un cinéma qui dans ses contenus, non seulement dans sa technique, pousse aussi loin que possible non pas l'art du reflet (où reste quelque petite dissemblance et, avec elle, la possibilité du travail qui toujours veut qu'on soit au moins deux) mais celui de la reproduction du même - ce cinéma-là cesse d'être interactif, pas de sotte 3D pour lui, ni de retraite sans décote à 67 ans.

(Jacques Sicard)

08:39 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : laisse moi entrer, matt reeves, jacques sicard | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Laissez tomber le cinéma et les remakes américains et faites-vous Morse... Vous y verrez de quoi l'on nourrit les caniches suédois :)
(et accessoirement vous y trouverez sans doute une jolie réponse à votre question 8)

Écrit par : FredMJG/Frederique | 01/11/2010

Que vous dire ?
Sinon qu'un peu moins de mauvaise foi et un apprentissage un peu plus poussé de la lecture vous eussent permis de voir dans la notion de répétition du même, utilisée dans le texte, une référence directe à l'original (le remake étant à cet égard pas assez convaincant).
Quant à la question 8, ce que vous objectez à ma supposée réponse, permet de se demander, mais c'est une faute très partagée sur les blogs, si vous ne prenez pas l'effet pour la cause (ceci n'est pas une question).

Écrit par : Sicard Jacques | 03/11/2010

Les commentaires sont fermés.