Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2010

26

Elle est quelconque, il est très beau, longeant le quai sous le même parapluie ; à voir comme il la dévore des yeux, on comprend vite qu'il lui a tout volé.

Au nom de quoi voudrait-on que le romancier Houellebecq s'inquiète de l'unanimité qui le sacre, de cet engouement excessif et tapageur ? Au nom de ses personnages qui exècrent ce type de liesse ? Belle confusion des rôles.

Je préfère avoir tort avec Brisseau que raison avec François Ozon.

13:51 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : brisseau, ozon, houellebecq | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

J'adore le 26 : trois fois bravo !

Écrit par : Jérémie | 12/11/2010

Houellebecq est en somme plus fat que ses romans ne le laissaient supposer, c'est cela ?

Écrit par : flibuste | 12/11/2010

Il est vrai que l'engouement commence à nous les briser menues ! Pour reprendre votre statut Facebook du jour, qui m'a bien amusé, nous faisons preuve d'une belle maîtrise de soi ces jours-ci, en demeurant houellebecquiens...

Écrit par : Tantvieux | 12/11/2010

Merci bien Jérémie.

Pas exactement, flibuste, mais ce ne sont en effet pas ses personnages qui sont aujourd'hui couronnés.

Il faut tenir bon, Tantvieux !

Écrit par : Ludovic | 12/11/2010

Alors vous n'êtes pas Catherine Deneuve, Ludovic Maubreuil ?

Écrit par : iPidiblue avoir tort avec Ozon | 14/11/2010

Si, si, elle je lui pardonne presque tout (content de vous revoir, iPidiblue)

Écrit par : Ludovic | 14/11/2010

Les commentaires sont fermés.