Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2011

118

Elles l'écoutent, un peu parties, un peu lasses, plus sensibles au rythme de ses phrases qu'à leur sens, levant leur verre aux subjonctifs, ricanant à l'argot policé qu'il essaime avec componction, reprenant même en choeur les plus belles saillies. Ses opinions de collégien font mouche grâce à quelques poses bien étudiées, tandis que sa morgue remplace aisément toute nuance. Tout enflé de lui-même, il explique le monde avec certitude, prenant même les réticences pour des aveux.

Le besoin de transparence n'est pas le fait du philantrope mais du paranoïaque.

Dans Mon oncle, Tati suit à la lettre les propos de Pascal ("Le vivant ne devrait jamais, selon notre attente, se répéter de façon complètement similaire. Là où nous trouvons une telle répétition, nous soupçonnons à chaque fois qu'un mécanisme se trouve derrière ce vivant"), en créant des personnages maniérés aux gestes de robots et aux postures de mannequins. C'est cela même, cet inattendu, qui fait sourire (le rayon de soleil sur la cage engendre immédiatement le chant de l'oiseau), rire jaune (les dérives techniciennes) ) ou s'esclaffer (les outils improbables qui fabriquent une nouvelle façon de se mouvoir et de se relier aux autres). Le rire au cinéma ne peut cependant plus être bergsonien, et naître de cette "mécanique plaquée sur du vivant", puique depuis 1957, les gadgets sont devenus plus absurdes encore mais sont désormais acceptés sans discussion, et sans que personne surtout n'imagine pouvoir en rire. Le vivant mécanisé fonctionne à présent selon notre attente.

10:13 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : mon oncle, tati, bergson, pascal | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Ah ! ici c'est vraiment un havre de paix, foin des fesses !

Écrit par : iPidiblue admiration méditative | 03/06/2011

Il faudrait inventer un gadget qui simulerait la pudeur aux joues des jeunes filles qui les rendait si désirables ...

Écrit par : iPidiblue admiration méditative | 03/06/2011

"L'érythème pudique de la jeune fille" existe encore iPidiblue, je vous assure, même s'il faut aller le chercher ! (il a tendance à se cacher sous le rictus ou le haussement d'épaules)

Écrit par : Ludovic | 03/06/2011

Quelle est votre couleur préférée ? Demanda-t-on à James Ensor.
Il répondit : Cuisse de nymphe émue.

Écrit par : pradoc | 04/06/2011

Je garde !

Écrit par : Ludovic | 04/06/2011

Et elle a très peu d'aiguillons. (Est-ce lié ?)

Écrit par : Jack le cambouis | 06/06/2011

Les commentaires sont fermés.