Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2011

CONTRE LE MONDE ENTIER, TOUT CONTRE

Philippe Ramos, Capitaine Achab

Un peu comme Emmanuel Mouret fait dans l'érotomanie tempérée, Philippe Ramos choisit l'exaltation calme, et la lumière plutôt que la flamme. Et comme le cinéma de Mouret s'avère malgré sa tiédeur apparente, extrêmement sensuel, celui de Ramos transporte malgré sa retenue. Sans se cacher derrière les effets spéciaux, les cymbales, la caméra qui virevolte, le cinéaste propose en effet de raconter Moby Dick à partir de quelques instants, de quelques figures, de quelques douleurs, qui peuplent la mémoire d'un homme. Contre, tout contre le monde entier, voilà le Capitaine Achab, décrit avec précision depuis son enfance dans les bois.

Raconter Moby Dick mais sans le monstre, ou presque, ou plutôt donner à voir le monde que celui-ci recèle, que celui-ci contient, ce monde à pénétrer et ce monde qui blesse tant, ce monde à comprendre alors qu'il ne vous a pas laissé de place. La forêt profonde comme la mer immense, les femmes contre qui on se heurte et la peau épaisse de la baleine, l'envie de rejoindre son père et celui d'harponner la bête, l'incompréhension et le silence plutôt que le vacarme des revendications savantes.

(la critique entière ici)

Commentaires

Ludovic, je me permets de vous renvoyer (sous mon prénom) à mon texte de l'époque sur cet essai fragile car nous partageons certaines sensations et nous concluons sur la même référence à un autre film.

J'en profite pour vous dire, à mon tour, que j'attends avec impatience la suite de vos aventures.

Écrit par : Edouard | 02/09/2011

Ravi de voir que ce blog reprend la mer (même si c'est de manière indirecte avec une critique publiée ailleurs). Comme vous, j'avais aimé le film de Ramos (malgré quelques défauts, notamment sur la fin -nous sommes d'accord-) et je trouve particulièrement juste votre conclusion.

Écrit par : Dr Orlof | 03/09/2011

Oui Edouard, "un film fragile car en équilibre constant entre l'ellipse qui dit tout et le manque qui frustre", c'est très juste. Les aventures reprennent, mais comme le souligne de Docteur, encore indirectement !...

Écrit par : Ludovic | 05/09/2011

Les commentaires sont fermés.