Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2007

PIETAS

Bergman envisage la mort (celle des autres comme celle qui nous attend) comme une empreinte insistante, colorant la vie-même de désirs éteints, d'ambitions inconstantes, de tristes inachèvements, d'actes manqués. Elle est le terme d'où pourtant tout découle. Scorsese la dépeint comme une ombre passagère, une obsession dont il faut parvenir à se défaire, un récit qu'il faudrait savoir taire, une pulsion qu'il convient de contrôler, afin d'être sauvé.
Les vieux mondes mélancoliques s'éteignent, déposant les armes sans plus rien maudire. Le nouveau monde hygiénique s'étend, allumant partout mais sans y croire, les contrefeux qui demain le ruineront.

f3c12f0266a6beb09f18f79a7d4e5982.jpg
Cris et chuchotements, d'Ingmar Bergman : imaginer en tout instant notre mort.

caa5bd945d6b182b88d9db8f43af4475.jpg
A tombeau ouvert, de Martin Scorsese : patienter en espérant la petite mort.

18:00 | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : Ingmar Bergman, Martin Scorsese, mort, pietà | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

Commentaires

Excellent votre vision du Scorsese : une pieta et au lit !

Écrit par : L'anonyme | 08/08/2007

En même temps vous comparez ce qui n'est pas comparable, le grand Bergman et le petit Scorsese, même si ce dernier, d'une certaine manière, je vois ce que vous voulez dire, résume la vision hollywoodienne de la mort, de la violence, du mal, une sorte de christianisme audimat-compatible, tandis que Bergman c'est la mélancolie européenne dans toute sa grandiose et dérisoire inaptitude à vivre.

Écrit par : Georges | 08/08/2007

J'aime bien ces mors.

Écrit par : marie danielle | 08/08/2007

J'aime bien ces mors.

Aparté (un 2e, pourrait-on dire) : Je crois que le métier d'aiguiseur de lames ne disparaîtra jamais. À moins qu'on cesse de faire du patin.

Écrit par : marie danielle | 08/08/2007

(Désolée pour le doublon, mais on doute, quand on ne voit pas apparaître son commentaire après publication.Et puis j'ai allongé mon 8.)

Écrit par : marie danielle | 08/08/2007

Certainement le sommet de Bergman. Cette pieta, cette passeuse de la mort.

Écrit par : Anonyme | 08/08/2007

Ne doutez plus Marie-Danielle : au propre comme ua figuré, vous n'êtes pas modérée ! (je note que vous faites dans la métaphore hockeyeuse en ce moment).

Absolument, anonyme, une passeuse, loin de ceux qui veulent faire écran.

Et bien nous sommes donc d'accord, Georges.

Écrit par : Ludovic | 09/08/2007

Le bâton levé signe toujours les occasions de réjouissances glorieuses, comment demeurer de marbre, dès lors ?

Écrit par : marie danielle | 09/08/2007

"Patienter en attendant la petite mort" ... L'"agonie" tue le Temps et la mort prochaine qu'il traîne dans ses sillons? Fauche le vent...

Écrit par : Kate | 10/08/2007

Pourquoi l'"Agonie" entre guillemets ?

Écrit par : Anonyme | 12/08/2007

Parce qu'elle n'est que parenthèse, hiatus, suspension du Temps.

Écrit par : Kate | 13/08/2007

L'homme avare et timoré qui ne chevauche plus la cataracte du temps, agonise. Je vous entends.

Écrit par : Anonyme | 13/08/2007

Je vous vois (aussi), ajoute l'aveugle.

Écrit par : marie danielle | 13/08/2007

Les commentaires sont fermés.