Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2014

BOUCLES

BigDoor.jpg

cjcorl6mjpaooxhxobcu.jpg

Science-fiction hollywoodienne. Quels que soient le danger que l'on affronte, la porte que l'on passe, l'étape que l'on franchit, c'est toujours vers une nouvelle instance de soi qu'on se dirige. De la femme ou du dieu qu'enfin on on se donne, auxquels enfin on se soumet, il n'y a pas à attendre compréhension ou sollicitude, seulement un reflet plus approchant.

Le déjà-vu n'est ni une coïncidence ni un plagiat, simplement une preuve de plus qu'on n'avance qu'en refaisant sans cesse le même parcours, avec la même candeur et la même vanité. La parodie n'existe pas quand tout se rejoint dans l'hyper-Moi.

En amont de tout voyage, il y a la certitude qu'on en est déjà revenu.

Commentaires

Vous me faites réaliser que je n'ai pas cité la référence à "Mission to Mars" dans ma critique alors que j'y ai souvent pensé en voyant "Interstellar" (encore une très belle note).

Écrit par : dr orlof | 04/12/2014

Tout l'enjeu d'une véritable rencontre, d'images en images, ou plutôt de ressemblance en ressemblance...Cela ne nous dispense pas cependant du chemin et de son épreuve (l'aventure).

Écrit par : Marie-Hélène | 04/12/2014

Ô oui ! J'ai vu hier soir "Code source" où le héros progresse en retournant sans cesse le même sillon comme un laboureur son champ. Il dispose de huit minutes à chaque fois pour changer le destin et au final c'est l'acmé : il se réincarne dans un autre corps !

Écrit par : iPidiblue le sillon de la vie | 05/12/2014

Cela se passe dans un train condamné à priori à suivre toujours la même voie mais il trouve un aiguillage. Les trains inspirent heureusement les réalisateurs ... Alfred Hitchcock notamment.

Écrit par : iPidiblue le sillon de la vie | 05/12/2014

Hollywood sent le capitalisme, et le divertissement peu penseur, mais qu'est-ce qu'ils sont forts sur la technique et l'esthétique

Écrit par : minda | 16/12/2014

La parodie se parodiant dans sa parodie de sérieux auto-parodique, c'est la recette des gouvernements de l'époque. La fausse dérision du contrôle authentique.
Sinon, comme toujours, n'est-ce pas ontologique, je suis d'accord avec toi, les fêtes finissent dès qu'elles sont commencées.

Écrit par : Marignac | 18/12/2014

Je m'en voudrais d'accabler le bon peuple mais voici la liste des cent meilleurs navets français sortis sur les écrans en 2014 :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Film_fran%C3%A7ais_sorti_en_2014


Ne ratez pas :
- La crème de la crème (et le cul de la cremière il bat le beurre ?)
- Supercondriaque (c'est le con mais c'est si bon)
- Sous les jupes des filles (de cinq à sept ?)
- La Liste de mes envies (sponsorisé par Pôle emploi)
- Le casse des casses (suite de l'as des as?)
- Les chèvres de ma mère (tu traites ma mère ?)
- 2 temps 3 mouvements (docu sur l'éjaculation précoce)
- Du goudron et des plumes (fim bonus chez Total pour un plein)

Écrit par : iPidiblue tout est en hausse ou le niveau monte | 25/12/2014

Les commentaires sont fermés.