Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2009

AU SUIVANT

Le lien du vendredi, ce n'est pas le nouveau texte-manifeste de Maurice G. Dantec, double inversé, mélangiste et tonitruant, des tracts ludiques de Marc-Edouard Nabe, salmigondis syncrétiste qui confirme que l'auteur aurait décidément mieux fait de continuer le métier d'écrivain il y a dix ans tout juste (c'est-à-dire de s'astreindre à donner une forme à sa pensée), au lieu de bifurquer progressivement vers le messianisme confusionnel et les paraphasies verbales.

Mais pour autant le lien du vendredi ce n'est pas non plus le nouveau livre de Nabe publié au nez et à la barbe des éditeurs, puisque celui-ci est toujours en attente (on peut relire Alain Zannini, superbe autophagie mise en Cène avec une ferveur si éloignée des mises en abyme calculées, qu'elle aurait dû détruire, si la littérature servait à quelque chose, une bonne fois pour toutes, les accusations convenues de narcissisme).

Non, le lien du vendredi, ce sont tout simplement les derniers participants en date au questionnaire "Erotisme et cinéma" que vous trouvez en lien ici : Arnaud M. Genevois et Jean-Pierre Bouyxou, dont les réponses devraient vous donner des idées.

17:44 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : dantec, nabe, genevois, bouyxou | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

05/07/2007

CAHIERS DE VACANCES

M'absentant pour trois semaines en Touraine du sud, je laisse à l'intention des arpenteurs réguliers de "Cinématique", ainsi qu'à ses lecteurs de passage, la cartographie de quelques sentiers dignes d'intérêt :

c8cfbf35be1f6e395f6d505934e21d98.jpg


Pour les cinéphiles de toute obédience, via Zohillof relayé par Hyppogriffe (deux blogs en lien ci-contre qui font du bien sous le règne épuisant de l'Elite du Goût, celle qui s'ébroue de Murat à Frodon en passant par Bégaudeau), l'indispensable texte d'Emilie Bickerton, qui retrace sans empathie le parcours des "Cahiers du cinéma".

Les fordiens, s'il en reste au temps des frères Wachovski et des frères Larrieu, se régaleront des beaux textes de Vincent, et des liens qu'il propose, dans le cadre du "Ford blog-a-thon" auquel je m'étais promis de participer, avant que le temps ne me manque.

Sinon, de votre serviteur, dans le prochain numéro d'Elements, dont le dossier principal porte sur le sport, et qu'il est désormais aisé de trouver près de chez soi grâce à ce lien magique, un texte sur les non-dits des films en caméra subjective.

Concernant la littérature et ce qu'il en reste, l'article du Café du commerce est absolument à lire (et pas uniquement parce qu'il m'est dédié), car s'il y avait une logique en ce monde, Monsieur Dantec ne s'en releverait pas, mais hélàs, il n'y a ni logique ni justice, et un prochain roman du Réprouvé (que je n'imagine pas à moins de 500 pages, engorgé de monologues eschatologiques sur fond de rock minéral et de gratte-ciels bleu azur) est déjà sur les rails.

Sinon Chesterton ou Nietzsche ? S'il faut choisir, je botterais bien en touche : Abellio...

Enfin, chez Marie, outre une intéressante typologie shakespearienne de la blogosphère, on lira avec profit des textes d'une richesse et d'une profondeur rarement égalées sur la Toile.

14:37 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : Raymond Abellio, cinéma, cahiers du cinéma, Dantec | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |