Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2012

L'ULCERATION ET LA SUTURE

barry-sky.jpg

   Rien ne peut faire qu'on ne se retrouve un jour sur les chemins. Parfois, une déception amoureuse nous y jette. Peut-être au XVIIIème siècle, dans la campagne idéalisée de Gainsborough ou de Richard Wilson. Comme si elle avait été peinte à seule fin de masquer la sauvagerie consubstantielle à ses sentes pierreuses bordées d'arbres que les pluies ont saoulés de vert. Car un chemin, parce que tracé, conduit à des maisons qui sous quelque nom qu'elles se donnent sont toujours une colonie d'exploitation. N'importe quel chemin est le glacis de l'ordre terrible des animaux humains. Les feuilles caressent la joue, les fleurs enivrent, les couleurs de l'oiseau, suivant la mode consolante de l'oxymore, sont à la blessure et l'ulcération et sa suture. Chemin n'en est pas moins l'étymologie de lutte et notamment de lutte des classes. Le trimardeur l'aura vite compris. Où la lumière brumeuse est comme la main qui remonte une couverture sur l'épaule de quelqu'un qui dort, c'est pourquoi il s'imagine pouvoir s'en jouer. Qu'une pourriture édulcorée, tel que l'arrivisme, par exemple, suffit à abaisser le degré de l'extrait de pourriture. Mais non. On ne circonvient pas un maître, on le tue, à visage découvert, selon les traits que nous prête la terreur. Ensuite, on lacère le beau mensonge de l'huile sur bois du paysage qui en fut le complice. Sans quoi, on finit selon sa condition de merde, cocu pensionné, en quelque exil, avec un caniveau d'où, l'été, on peut faire venir l'eau chaude dans le tub.

(Jacques Sicard)

15:49 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : barry lindon, stanley kubrick, jacques sicard | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

04/08/2009

QUESTIONNAIRE

C'est chez Vincent que j'ai trouvé cet astucieux questionnaire auquel je m'empresse de donner suite !

1)Quel est votre second film favori de Stanley Kubrick ?

Lolita (La perversité mélancolique de Shelley Winters, l’affolement progressif de James Mason, l’effrayant bien que prévisible final)

2)Quelle est l'innovation la plus significative / importante / intéressante dans le cinéma de la dernière décade (pour le meilleur ou pour le pire) ?

Les plan-séquences métaphysiques de Bela Tarr.

3)Bronco Billy (Clint Eastwood) ou Buffalo Bill Cody (Paul Newman)?

Une courte préférence pour Paul Newman, sans raison valable

4)Meilleur film de 1949.

Le sang des bêtes, de Georges Franju, pour sa modernité glaçante.

Image_10.png

5)Joseph Tura (Jack Benny) ou Oscar Jaffe (John Barrymore)?

Le premier d’entre eux, pour l’humour définitivement obsolète qu’il incarne.

6)Le style de mise en scène caméra au poing et cadre tremblé est-il devenu un cliché visuel ?

Uniquement lorsqu’il est utilisé pour mettre en scène des clichés narratifs.

7)Quel est le premier film en langue étrangère que vous ayez vu ?

Mad Max 2, en 1982, qui m’était interdit en raison d’une décapitation. Le devoir de désobéissance de l’adolescence entraîne un certain nombre de déconvenues esthétiques.

8)Charlie Chan (Warner Oland) ou Mr. Moto (Peter Lorre)?

Peter Lorre, par principe.

9)Citez votre film traitant de la seconde guerre mondiale préféré (période 1950-1970).

Les douze salopards, de Robert Aldrich (le film symboliste le plus trivial qui soit, et réciproquement)

10)Citez votre animal préféré dans un film.

Le Bull-Terrier Baxter m’avait bien plu à l’époque (1989), dans l’intelligent film de Jérôme Boivin qui semble avoir disparu. 

baxter2.jpg

11)Qui ou quelqu'en soit le fautif, citez un moment irresponsable dans le cinéma.

Le cinéma ne doit surtout pas être responsable.

12)Meilleur film de 1969.

La horde sauvage, de Sam Peckinpah, pour son antimodernité grinçante.

13)Dernier film vu en salles, et en DVD ou Blu-ray.

La saison 2 des Soprano (dvd)

14)Quel est votre second film favori de Robert Altman ?

Streamers (1984) (Le plus grand film américain sur le Vietnam ?)

15)Quelle est votre source indépendante et favorite pour lire sur le cinéma, imprimé ou en ligne ?

Les liens ci-contre, le dictionnaire de Jacques Lourcelles, la plume oubliée de critiques d’un autre âge (chez les bouquinistes)

16)Qui gagne ? Angela Mao ou Meiko Kaji ?

Absolument aucune idéé

17) Mona Lisa Vito (Marisa Tomei) ou Olive Neal (Jennifer Tilly)?

Le choix ne s’impose pas. Actrices très secondaires.

18)Citez votre film favori incluant une scène ou un décor de fête foraine.

Difficile d’oublier la séquence de Ministry of Fear de Lang, tournée en mémoire de M

19)Quel est à aujourd'hui la meilleure utilisation de la video haute-definition sur grand écran ?

L’Anglaise et le Duc, d’Eric Rohmer

angd1.jpg

20)Citez votre film favori qui soit à la fois un film de genre et une déconstruction ou un hommage à ce même genre.

Blood simple (Joel et Ethan Coen, 1984).

21)Meilleur film de 1979.

All that jazz, de Bob Fosse (son plus grand film et la plus belle prévision de la débandade de toute la décennie suivante)

22)Quelle est la plus réaliste / Sincère description de la vie d'une petite ville dans un film ?

Raining stones, 1993 (C’est la banlieue de Manchester, mais c'est bien une petite ville devant la caméra communautaire du très grand Ken Loach).

23)Citez la meilleure créature dans un film d'horreur (à l'exception de monstres géants).

L’orang-outang sans trucage de Link (Richard Franklin, 1986)

24)Quel est votre second film favori de Francis Ford Coppola ?

Peggy Sue got married, 1987 (son immense nostalgie contenue)

25)Citez un film qui aurait pu engendrer une franchise dont vous auriez eu envie de voir les épisodes.

Judex, de Georges Franju.

judex.jpg

26)Votre séquence favorite d'un film de Brian De Palma.

Le plan-séquence inaugural de The Bonfire of vanities, résumé définitif de la vacuité esthétique et morale de la fin du XXème siècle.

27)Citez votre moment préféré en Technicolor.

Pratiquement tous les plans du Narcisse noir, de Michael Powell (1947)

28)Votre film signé Alan Smithee préféré.

Jamais vu aucun.

29)Crash Davis (Kevin Costner) ou Morris Buttermaker (Walter Matthau)?

Films non vus. Kevin Costner sans raison valable.

30)Quel film post-Crimes et délits de Woody Allen préférez vous ?

Le suivant, Alice (1990), tendre hommage à Mia Farrow.

31)Meilleur film de 1999.

Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick (sans doute le film le plus anti-américain qui soit)

32)Réplique préférée.

«J’ai vu arriver cet insecte et c’était une balle » (Denis Lavant dans Mauvais sang de Léos Carax)

33)Western de série B préféré.

L’homme de l’Arizona, de Budd Boetticher (un souvenir imprécis mais tenace, le silence et le vide et puis soudain les déflagrations)

34)Quel est selon vous l'auteur le mieux servi par l'adaptation de son oeuvre au cinéma?

Maurice G. Dantec (sa tendance à la fois prétentieuse, schématique et brouillonne, notamment, est admirablement rendue)

35)Susan Vance (Katharine Hepburn) ou Irene Bullock (Carole Lombard)?

« Irene Bullock », sans la moindre hésitation

lombard_carole2.jpg

36)Quel est votre numéro musical préféré dans un film non musical ?

L’envol d’Anna Karina dans Vivre sa vie, de Jean-Luc Godard.

37)Bruno (Le personnage si vous n'avez pas vu le film, ou le film si vous l'avez vu) : une satire subversive ou un stéréotype ?

Pas de choix ici entre deux termes strictement équivalents. Toute subversion aujourd hui est un maniement roublard de stéréotypes.

38)Citez cinq personnes du cinéma, mortes ou vivantes, que vous auriez aimé rencontrer.

Léos Carax, Jean-Pierre Melville, Peter Greenaway, Jacques Tati, Juliette Binoche (pour parler poésie, politique, et puis ne plus parler)

19/05/2009

SCEPTIQUE

 

L’univers des blogs est un puits sans fond, empli d’accortes ménagères un rien insistantes, de profs de collège pointilleux mais ignares, de lycéennes définitivement privées du bonheur de l’orthographe juste, de gangs de potes acharnés à se faire mal face caméra, de politiciens-calendriers au sourire perpétuel et de justiciers de toute obédience. On y entre à reculons, terrifié de ses vanités et de ses natures mortes, mais l’on s’y perd avec complaisance, riant sous cape de la syntaxe des uns, des goûts des autres et de la maladresse bavarde de la plupart. Et puis soudain, on trouve ce que l’on cherchait au départ : un ton, une exigence, un style. Une voix, qui par sa constance et sa vigueur nous sort momentanément du gouffre.

 

Dans son journal qualifié d’ « obscurantiste », Philipe Billé propose ainsi, avec une ironie et une liberté d’esprit absolument démodées, un pied-de nez permanent au bougisme, au progrès, aux partisans. Traducteur de Gomez Davila et admirateur de Jean Cau, vénérant la Charente et les oiseaux, ce doux misanthrope n’aime pas les fautes d’orthographe et encore moins de typographie, mais recherche au contraire la précision des cartes, des relevés, des bibliographies, se moquant en outre éperdument de la bienséance réclamée par l’Empire du Bien. Depuis plusieurs années, à la manière d’un monsieur Hulot mâtiné de Jean Dutourd, il dévoile abruptement la poésie du quotidien dans l’enfer de la modernité (« Il n’est pas rare que l’on trouve quelque aspect positif dans les plus désolantes catastrophes, et par exemple j’ai remarqué depuis longtemps ce bienfait inattendu de l’incurie des fonctionnaires, qu’est le développement, au sein de leur biotope, de petits îlots de verdure involontaire. Dans telle encoignure non entretenue, dans tel patio délaissé, prolifèrent en silence quelques touffes joliment ébouriffées, et s’installent peu à peu des friches administratives, mais non administrées, exiguës peut-être, mais pas sans charme. »), tout en se moquant copieusement, par la grâce de quelques aphorismes agréablement réactionnaires ou d’impérissables choses vues, de la misère spirituelle de notre temps (« J'entends de plus en plus souvent, dans les discussions à la radio, exprimer le souhait de rebondir. "Je voudrais rebondir sur ce qu'a dit Untel..." On connaissait déjà le Basque bondissant, voilà maintenant le Médiatique rebondissant. Cette nouvelle scie m'intrigue. Quelle image d'eux-mêmes ont ces orateurs? Quelque chose qui ressemble à une balle en caoutchouc, peut-être? Chacun voit midi à sa porte, mais en ce qui me concerne, Dieu me garde de jamais "rebondir" en aucune façon »).

snapshot20070107200556.jpg

Nous avons souhaité poser quelques questions à celui qui en sa note de mars 2003, s’inquiétait ainsi : « ma vue baisse inexorablement. Sur un prospectus, j'ai cru lire "Demandez Constantinople". C'était "Devenez comptable. »

 

Quel est la raison profonde qui vous pousse à sévir depuis plusieurs années sur la Toile ?

 

Pour qui veut s’exprimer aujourd’hui sans attendre les bonnes grâces de l’édition imprimée, Internet est d’une commodité indéniable, notamment le système du blog, qui est le site du pauvre. Je ne vois pas pourquoi je m’en priverais, malgré mon attachement à la chose imprimée. Un texte mis sur le net peut d’ailleurs très bien être imprimé ensuite. Personnellement, ce que je publie en ligne n’est pas très différent de ce que je publiais naguère sur le papier : des notes de lecture et des notes du reste, quelques traductions, etc. La motivation profonde ne change pas, mais reste aussi mystérieuse. Je ne suis pas à proprement parler un écrivain, je suis d’ailleurs un handicapé de l’imagination, j’ai le plus grand mal à m’intéresser à la fiction, même en tant que lecteur. Et il est sans cesse plus évident que ce n’est pas ce que j’écris qui va me rendre riche et célèbre, comme j’aurais tant aimé, alors pourquoi continuer ? Sans doute pour obtenir quelques satisfactions d’ordre psychique : les petites joies de la catharsis, le goût aussi de la clarification spirituelle que permet l’écriture. Il paraît qu’Emmanuel Berl aurait déclaré : « J’écris pour savoir ce que je pense ». Dans mon cas, il y a de ça. J’y ajouterais : pour savoir ce que je sais, ce que je ressens.

 

Pourriez-vous nous donner votre panthéon littéraire et cinématographique ?

 

Dans la jeunesse, mon panthéon cinématographique était la trilogie Kubrick-Polanski-Wenders. Je ne sais pas si je reverrais toutes leurs œuvres avec le même entrain aujourd’hui. Barry Lyndon reste un des plus beaux films que j’aie vu, avec La belle et le bête de Cocteau. Il en va des œuvres cinématographiques comme des œuvres littéraires, les meilleures sont celles vers lesquelles on peut revenir sans se lasser. Chez les Français je ne déteste pas les classiques Pagnol, Guitry, les comédies dialoguées par Audiard. Mais je ne suis pas un grand amateur de cinéma, et je suis content que le dvd contribue à privatiser l’accès au film, qu’on ne soit plus contraint à des pratiques humiliantes et contraires à la dignité humaine, comme aller dans une salle de cinéma, ce que je n’ai plus fait depuis une bonne vingtaine d’années.

J’ai longtemps étudié les relations de voyage du XVIe siècle, parmi lesquelles je voudrais signaler en particulier ce monument admirable qu’est la collection de récits de naufrage portugais connue sous le nom d’Histoire tragico-maritime, dont certaines parties seulement ont été traduites en français jusqu’à présent. Je garde le meilleur souvenir d’essais comme les Tristes tropiques de Lévi-Strauss et les Chasses subtiles de Jünger, ou les recherches éclectiques du « gentleman clochard » Thomas de Quincey. Mes « classiques » français préférés sont sans doute La Fontaine et Céline, celui-ci surtout pour sa trilogie nordique, et ses pamphlets, notamment le très bien vu Mea culpa, ou sa correspondance. Dans mes découvertes de ces dernières années, je reste ébloui par les aphorismes de Gomez Davila, dont les éditions françaises laissent beaucoup à désirer, et les semainiers d’Albert Caraco. Je regrette qu’un grand diariste réactionnaire et tonique comme Michel Ciry reste aussi méconnu.

 

Qu’est-ce qui vous rebute le plus chez vos contemporains, et y a-t-il malgré tout, selon vous, des raisons de se réjouir ?

 

Davila disait que «Nous ne devons pas nous alarmer : ce que nous admirons ne meurt pas. Ni nous réjouir : ce que nous détestons non plus.» Ce qui me consterne le plus est peut-être l’espèce d’asphyxie intellectuelle du politiquement correct, le pouvoir exorbitant des grands médias, qui sans gêne taisent, minimisent ou valorisent ce que bon leur semble. Cela dit, rien n’est jamais perdu ou joué d’avance, et l’histoire continue malgré tout d’être historique, c’est-à-dire imprévisible. La fin soudaine et relativement paisible du communisme européen était inattendue. Même de banales élections peuvent réserver d’amusantes surprises, mais c’est assez rare, il est vrai.

 

Ou vous situez-vous politiquement ?

 

A vrai dire, je sais plus assurément où je ne me situe pas. J’ai arrêté de croire au Père Noël vers l’âge de huit ans mais sur le plan politique, ma puberté intellectuelle a été assez tardive, c’est seulement passé la trentaine que j’ai commencé à m’apercevoir que les idées de gauche de ma jeunesse n’étaient en fin de compte, pour la plupart, que des croyances discutables, parfois même des préjugés ou de simples superstitions. Mais je n’ai pas pu les remplacer par d’autres convictions aussi fermes, je reste essentiellement  sceptique, la politique n’est pas ma partie. Je peux me définir négativement, comme étant devenu le contraire exact de la Ligue Communiste Révolutionnaire : un individu anticommuniste contre-révolutionnaire. Je ne crois pas aux révolutions violentes, ce sont toujours des catastrophes inutiles et laides. Je n’arrive pas tout à fait à rejeter la république et la démocratie, malgré leurs vices, ni tout à fait à y croire plus qu’à des rêveries comme le despotisme éclairé ou le «communisme Labiche». Je crois dans des banalités de base, je suis pour la concorde, surtout entre les hommes de bonne volonté, pour le bien-être, surtout de ceux qui le méritent, et pour ne pas prendre les vessies pour des lanternes.

 

 

(Complément à l'article consacré à Phillipe Billé dans le dernier numéro de l'exquise revue Eléments)

 

10:15 | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : philippe billé, stanley kubrick | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |