Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2008

SHOCK CORRIDOR

a0927bc6d67a7db3f64467c70a6f7304.jpg


En plein règne panoptique, il n'y a pas à s'inquiéter : tout se sait, donc rien ne dure.

Mais le Système depuis longtemps auto-suffisant et auto-satisfait, n'a plus besoin de cacher ses manigances : leur dévoilement le sert puisque celui-ci lui permet entre autres de toujours mieux affiner celles-là.

La Terreur d'aujourd'hui n'est pas uniquement l'effondrement social des pays acquis de gré ou de force au "capitalisme du désastre", elle réside aussi dans leur désordre spirituel, dans la perpétuation sereine des désastres malgré les dénonciations les plus hautes en couleurs qui les encadrent, voire les accompagnent, qui n'en sont jamais que les produits.

Que le code soit inconnu ou déchiffré ne change rien à la donne quand c'est notre attitude de réceptionniste, notre posture de patient, toujours plus cultivé, informé, concerné, ironique, sceptique, qui est la racine du mal.

Nous voyons le monde en Windows infiniment diversifiées, parfois connectées sur des détails, le plus souvent superposées sans lien, séparées par notre regard moderne désormais incapable de résolution.

Et c'est ainsi que Naomi Klein, sans esclandre ni scandale, se vend en supérette, entre Musso et Barbéry.

7c559b91e59eca63a0861fe61c8747a2.jpg

28/08/2008

ECRINS ET TOMBEAUX

5e9fd3defb5f2345d1956833269571c2.jpg

La ronde de nuit : ironique obstination de Peter Greenaway à filmer des corps dans un cadre inflexible, qui les prive de la fausseté du réel cinématographique, qui les fige et les fixe et ainsi les empêche de prétendre vivre sous nos yeux.

L'histoire est bien celle d'un meurtre dissimulé sous le portrait de groupe : le cinéaste n'enregistre ostensiblement que des personnages morts à force de contraintes et de postures, et non des acteurs singeant la vie.

Au cinéma toutefois, un plan s'il est signifiant peut surpasser la démonstration des séquences articulées, surtout si celles-ci de plaisent à accumuler les signes pour retarder le sens ; un bref reflet vaut toujours mieux qu'une longue réflexion.

Et c'est ainsi qu'Argento est grand.

c89ed9c5c63460635e325bd08ab1e6f3.jpg

01/08/2008

QUESTIONNAIRE

Trouvé chez les blogueurs cinéphiles en lien ci-contre, un questionnaire des plus classiques avant quelques jours d'absence, sur le mode "Si j'étais..., je serais..."

b1301adc435980270bdbe655348a9b68.jpg


Un film : l’ambiguïté infernale de Persona d’Ingmar Bergman

Un réalisateur : Peter Watkins

Une histoire d'amour : les remous inaboutis de celle de Mauvais sang de Léos Carax

Un sourire : la nonchalance étudiée de celui de Gabriel Byrne dans Miller’s crossing des Coen

Un regard : buté et ouvert : celui de Mouchette, de Robert Bresson

Un acteur : l’incapacité à être heureux de Daniel Auteuil dans Un cœur en hiver, de Claude Sautet

Une actrice : Juliette Binoche dans tous ces films, surtout les plus mauvais, où plus rien ne lui fait de l'ombre

Un début : Denis Lavant titubant seul sur le boulevard Sébastopol dans Les amants du Pont-neuf de Léos Carax

Une fin : Joseph Cotten voyant passer une femme qui ne s’arrête pas, dans Le troisième homme de Carol Reed

Un générique : la sobriété de ceux des films de Woody Allen

Une scène clé : chacune des scènes qui composent Flandres, de Bruno Dumont

Une révélation : chaque nouvelle vision d’un film de Robert Bresson

Un gag : un des Marx Brothers, au choix, sauf quand Harpo est seul

Un fou rire : le passage de Pierre Richard sous le tapis dans Le coup du parapluie, de Gérard Oury

Une mort : La tranquillité de celle de l’enfant mordu par le serpent dans Le Fleuve, de Jean Renoir

Une rencontre d'acteur : Celle de Michel Aumont, au fond d’une salle où je distribuais l’été des cornets de glaces à l’entracte, en 1989. Il dormait, ou faisait semblant, semblable à tous les morts qu'il avait joués.

Un baiser : le malaise sensuel de celui qui dure dans les Harmonies Werckmeister, de Bela Tarr

Une scène d'amour: La somptueuse variété des plans décrivant celle de La bête, de Walerian Borowczyk.

Un plan séquence : la bouleversante mélancolie du monologue du Major Amberson, dans La splendeur des Ambersons d'Orson Welles

Un plan tout court: l’incompréhensible effroi procuré par la bouche largement ouverte de Donald Sutherland à la fin de L’invasion des profanateurs, de Philip Kaufman

Un choc plastique en couleurs : Les couleurs de L’ami américain, de Wim Wenders

Un choc plastique en N&B : le noir et blanc des films de Carl Theodor Dreyer

Un choc tout court: La fellation imprévue, prodiguée par Maruscka Detmers dans Le diable au corps, de Marco Bellochio

Un artiste surestimé : David Lynch

Un traumatisme : la violence de Full métal Jacket vu à sa sortie à 19 ans, au côté de mon père qui me jaugeait du coin de l’oeil

Un gâchis : La dégringolade esthétique et spirituelle des frères Taviani, de Roman Polanski, d’Eric Rochant, de Werner Herzog…

Une découverte récente : la beauté froide des épisodes d’Heimat, d’Edgar Reitz

Une bande son : celles des films d’Eric Rohmer

Un somnifère : Douglas Sirk

Un monstre : Link, l’orang-outang voyeur et meurtrier du film éponyme de Richard Franklin

Un torrent de larmes : Les retrouvailles finales de Je sais où je vais de Michael Powell

Un frisson : le dernier en date : celui procuré par l’ambivalence de Bug de William Friedkin

Un artiste sous-estimé : Ermanno Olmi

Un rêve : ceux d’Allonsanfan des frères Taviani

Un fantasme : Figurer immobile dans un plan composé par Peter Greenaway

15:55 | Lien permanent | Commentaires (15) | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |