Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2009

PARANOIA

Nous vivons dans notre société d'écoute et de partage, une sorte de fraternité post ou néo-chrétienne (on ne sait plus très bien), qui fait de chacun un prochain en puissance, fier d'une singularité qui ne remet jamais en cause le fonctionnement tribal, qui ne perturbe jamais en profondeur l'hybridation et le métissage, ces méthodes de choix pour profiter au mieux de tout et de tous.

Mais alors pourquoi, le cinéma nous montre-t'il avec autant de constance la victoire sans appel (même si elle ne survient qu'après beaucoup d'écueils et de périls) de toute une série d'individualistes extrêmes, paranoïaques jusqu'au bout des ongles ? Quel est ce paradoxe qui veut qu'une société de transparence et de clonage consenti aboutisse à glorifier, ou du moins à laisser le dernier mot, à ce qui apparemment nie ses principes fondateurs ?

le_prisonnier_2.jpg
h_4_ill_1004839_cortex.jpg
there%20will%20be%20blood%202.jpg
lost-locke.jpg
11no_country1.jpg


C'est tout simplement qu'il n'y a là aucune contradiction, car c'est bien le fait du persécuté que de traquer partout les zones d'ombre qui le menacent, et de rechercher en tous lieux et en toutes occasions, de la part de tous ceux qui le cernent, l'adhésion. L'Empire du Bien est celui de la Paranoïa instituée, qui sans cesse aux écoutes, évente tout ce qui pourrait s'apparenter à un secret et tue dans l'oeuf tout ce qui pourrait favoriser la négation.

14/01/2009

REGARDS

Il y a mille et une manières de définir l’art cinématographique et mille et une chausse-trappes qui dans ce cas attendent l’audacieux qui oserait tenter pareille mise en ordre. On connaît la solution prônée à peu près partout désormais : voir en tous lieux du cinéma, un plan à chaque image, du sens à chaque hors-champ, une mélodie singulière à chaque découpage. L’objectif, conscient ou non, étant bien d’anoblir les oripeaux de la société marchande, de légitimer la publicité et la propagande qui la servent, d’agrandir le territoire avilissant de la médiocratie qui l’honore. Un spot publicitaire, un clip musical, un programme de télé-réalité, n’importe quel moment vécu en même temps que filmé, peuvent alors par la grâce de l’allusion cryptée et de l’invocation cinéphile, devenir sous la plume du critique relativiste, de l’Art ; avec cette majuscule qui rejette dans les ténèbres réactionnaires, ceux qui oseraient encore émettre des doutes sous l’ovation (...)

(Sur I was a soldier du grand Michael Grisby, la suite sur Kinok)

Les100+grands_11-02_40.jpg
vlcsnap3576888ul9.png

09:42 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : michael grisby, peter watkins | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

08/01/2009

DECOUPAGE

Il est d’usage aujourd’hui, pour n’importe quelle scène d’action, de rajouter après coup et numériquement de la vitesse au sein du plan, tout en rendant celui-ci instable par d’intempestifs mouvements de caméra, ce qui voudrait prétentieusement souligner l’incohérence des situations et la polyphonie du monde, mais qui a surtout pour conséquence d’en rendre les motifs proprement illisibles. Cette prolifération de formes sans lien apparaît alors, de la manière la plus paradoxale qui soit, totalement homogénéisée, s’écoulant dans un flux sans surprise ni appui.

A l’inverse, Kerrigan dans Clean Shaven, ne se sert que d’une alternance de champs/contrechamps à la vigueur peu commune pour donner du sens aux gros plans sur le visage ou le corps de son héros, soudain confrontés à l’environnement menaçant, en inserts ou en plans larges, qui l’assiège. De ce fait, le spectateur, partie prenante de ce chaos sensoriel, endure à son tour la juxtaposition jamais ordonnée mais toujours limpide de segments de sons et d’images, oppressante par leur étrange régularité.

(La suite sur Kinok)

cleanshavencinehd.jpg

10:54 | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : clean shaven, lodge kerrigan | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |

06/01/2009

LEVIATHAN

Le cinéma ne se contente pas de flatter en toutes occasions l'hyper-Moi et sa mémoire réticulaire, il assure aussi sa reproduction indéfinie. Pantin tressaillant sous les affects, le spectateur-marionnette va au film comme au lit ou au bureau : dans la pleine démesure de sa singularité dévoyée, c'est son narcissisme même qui lui permet de toujours plus s'enrégimenter, et avec le sourire.

hamlet_branagh.jpg


"Je vois, continue l'observateur d'un monde en voie de désenchantement, une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Au-dessus de ceux-là s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril ; mais il ne cherche au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance." (Tocqueville, La démocratie en Amérique)

fannyandalexander460.jpg

02/01/2009

DOPPELGANGER

diapo_sarkozy.jpg


Ne serait-ce que numérologiquement, l'année 2008 était placée sous le signe du double, et cela n'a pas manqué : dédoublements, schizoïdie, faux jumeaux et vrais sosies, couples infernaux et divines idylles, l'emprise du doppelganger était telle que les menaces comme les bonnes surprises, car il y en eut quand même, sont venues de binômes réels ou fictifs, tous plus inattendus les uns que les autres, d'associations de malfaiteurs comme de duos de circonstances, de Janus dominateurs ou d'ombres jalousant leur propriétaire, de duels amoureux et de couples-reflets en plein malentendu (ceci dit, l'amour n'est qu'un malentendu).

Commencée avec Kerviel et finie avec Madoff, l'année 2008 a surtout montré, au diapason des précédentes, sa puissance de feu, certes à des degrés fort divers, dans l'opportunisme ou la médiocrité, la scélératesse voire l'infamie, ce que nous nous proposons d'illustrer par ces quelques duos (mais attention, un couple intrus s'est dissimulé dans ce désolant florilège...)


besancenot_timbre_du_che_reference.jpg
af9374a6-268d-11dd-84cd-858589e27887.jpg
2076.jpg
dominique_strauss_kahn_et_anne_sinclair_reference.jpg
20080326PHOWWW00257.jpg
15160_une-aubry-royal.jpg
SICU_2461730_1_20081007_apx_470__w_ouestfrance_.jpg
18975379_w434_h_q80.jpg
29528_une-dieudo.jpgGwyneth%20Paltrow%20and%20Joaquin%20Phoenix%20in%20James%20Grays%20TWO%20LOVERS%20-%20Photo%20Credit%20John%20Clifford.jpgObamaClinton2G_468x359.jpg
1207228932_extras_fotos_gente_0.jpg



Bonne année à tous !

15:57 | Lien permanent | Commentaires (18) | |  del.icio.us | |  Facebook | | Digg! Digg |