Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

C I N E M A T I Q U E - Page 31

  • REGARDE !

    "Le cinéma dérange la vision. La vitesse des mouvements et la rapidité de la succession des images contraignent l’homme à une survision constante. Le regard ne s’empare pas des images, ce sont elles qui s’emparent du regard. Elles inondent la conscience. Le cinéma implique que l’œil qui jusque là était demeuré nu, revête l’uniforme. Si l'oeil est la fenêtre de l'âme, les films en sont les rideaux de fer." (Franz Kafka cité par Raymond Abellio, in L'esthétique de la fin des temps)

    clockwork-large.jpg
    jacob.jpg
    opera2.jpg
    the-island28.jpg
    terza_madre.jpg


    Orange mécanique, de Stanely Kubrick
    L'échelle de Jacob, d'Adrian Lyne
    Opéra de Dario Argento
    The Island, de Michael Bay
    La Troisième Mère, de Dario Argento

    Lien permanent 6 commentaires
  • HYPERMNESIE (fin)

    peepingtom.jpgJe me souviens des masques d’animaux que portaient en toutes circonstances les acteurs dirigés par les Dark Bros

    Je me souviens du clou dissimulé dans la barre de nougat gagnante, à l’entracte du Vendôme

    Je me souviens de la buée sur la vitre masquant les pleurs de Lulu, à l’aube de l’an 2000, au tout dernier plan d’Heimat 3

    Je me souviens des chaussures suspendues de Big Fish , comme autant de renoncements cachés aux regards

    Je me souviens des listes patiemment égrenées, violemment inutiles et infiniment troublantes de chacun des films de Peter Greenaway

    Lien permanent 11 commentaires
  • HYPERMNESIE (4)

    dbn94.jpgJe me souviens chez Hawks d’un aveu d’adultère précipité devant les yeux écarquillés d’un soldat trompé, paraissant découvrir sa femme en train d’embrasser un autre homme, alors qu’aveugle depuis peu il n’avait en fait rien vu

    Je me souviens des très petits seins de Louise Brooks s’échappant avec véhémence de son corsage

    Je me souviens des grimages de Sean Penn, identiques du père outragé à l’avocat véreux et cependant bouleversantes

    Je me souviens des passagers de l’Omnia, fuyant jusqu’aux regards-caméra de Brigitte Lahaie et d’Olinka

    Je me souviens de Big Tuna, la ville de motels puant le vomi, tombeau de la civilisation occidentale et raccourci effarant du déclin américain, qui vit pour la première fois Sailor ne pas désirer posséder Lula

    Je me souviens des émouvants échafaudages mal dissimulés d’Intolérance

    Je me souviens de la chute de Carax, dérapant sur la neige juste avant d’atteindre sa caméra

    Lien permanent 3 commentaires
  • HYPERMNESIE (3)

    376934394_782d3e75f6.jpgJe me souviens de la brièveté du rire de Donna Reed

    Je me souviens des vaches blessées de La Horse

    Je me souviens des diagonales volontairement instables des travellings des années 70

    Je me souviens des éclats de rire connivents lors de la fellation du Diable au corps de Bellochio, projeté au Wepler, et des silences troubles lors de ces mêmes actes incessamment répétés quelques mètres plus loin, dans une petite salle de cinéma permanent du Boulevard de Clichy

    Je me souviens du short blanc de Lana Turner et de ce plan américain inversé, la cadrant des hanches aux pieds

    Je me souviens des New Wave Hookers

    Je me souviens de Mireille Darc en veuve ingénue, et de son bikini sous la voilette

    Je me souviens des panoramiques légers, des travellings latéraux discrets, des plans fixes sur la point des pieds, détaillant successivement et avec douceur l’immobilité de chacun des personnages endormis près du Fleuve, jusqu’à celle de l’enfant tué par le serpent

    Je me souviens des trois premiers rôles de Sandrine Bonnaire, puis plus rien

    Lien permanent 2 commentaires
  • HYPERMNESIE (2)

    laura.jpgJe me souviens du poulailler humain de Pain et chocolat

    Je me souviens de la bouche exagérément ouverte de Donald Sutherland, à la toute fin d’un film d’anticipation dont je ne me souviens plus du nom

    Je me souviens de mon père récitant à mi-voix des tirades de Saturnin Fabre

    Je me souviens du regard fou de Michael Redgrave lors d’un combat de rue entre deux mexicains

    Je me souviens du rêve pénétrant de Noodles

    Je me souviens de l’ironie de l’Oiseau

    Je me souviens des chevaux-métaphores d’Asphalt Jungle et des Misfits

    Je me souviens des attentions de Marilyn Jess

    Je me souviens d’insectes pris au piège mais laissés libres, quelques plans avant la fin du film, chez Luis Bunuel comme chez Dario Argento

    Lien permanent 8 commentaires
  • HYPERMNESIE (1)

    colonne2_bannissement_miroir.jpgJe me souviens des actrices mal habillées de Téchiné, de leurs gilets amples et de leurs pantalons trop courts

    Je me souviens des caresses de Delon sur la joue des femmes, presque toujours avec le dos de la main

    Je me souviens du regard violet de Michelle Wild

    Je me souviens de Michel Aumont, profondément endormi au dernier rang d’une salle où je distribuais l’été quelques cornets à l’entracte. Il me parut semblable à tous les cadavres qu’il avait joués, déclenchant chez moi une sorte d’admiration

    Je me souviens de l’elliptique harem d’Emmanuelle 5, brèves minutes de cinéma de la part d’un Borowczyk déchu

    Je me souviens de la violence des films d’Henri Pachard

    Je me souviens de ma mère qui lors de scènes osées, me demandait de mettre une main devant les yeux et y rajoutait la sienne

    Je me souviens du bruit des vagues lors du regard-caméra de l'ultime plan de La dolce vita, des 400 coups, du Petit lieutenant.

    Lien permanent 6 commentaires
  • PAYSAGE (S)

    152598021_932acd669f.jpg
    Il est des films, des livres, des paysages et des individus, que l’on rencontre sans qu’ils aient sur nous la moindre influence consciente : ils glissent, nous parfument ou nous distraient un instant et puis s’en vont. Peut-être à leur manière nous construisent-ils, mais dans ce cas, sans que nous en ayons la moindre intuition. A l’inverse certaines œuvres, certains êtres et certains lieux nous fondent, en toute connaissance de cause, ils sont pour nous, dans une âme et un corps, ce qui marque et constitue. Durant ces vingt dernières années, les dix films français suivants ont réellement modifié (du moins en suis-je intimement persuadé, ce qui ne prouve rien, tant nous sommes aveugles à nous-mêmes) ma façon de comprendre mon passé, d’aborder l’autre et d’envisager l’après ; accessoirement, ils ont aussi transformé ma vision du cinéma, bousculant certaines hiérarchies et en confortant d’autres, me permettant de découvrir des films négligés ou rejetés, mais également de rendre négligeables des films jusque là respectés.

    Quelques jours avec moi, de Claude Sautet (88)

    Les maris les femmes les amants, de Pascal Thomas (89)

    Les patriotes d’Éric Rochant (94)

    Pola X de Léos Carax (99)

    Ainsi soit-il de Gérard Blain (00)

    L'Anglaise et le Duc d’Eric Rohmer (01)

    Éloge de l'amour de Jean-Luc Godard (01)

    Choses secrètes, de Jean-Claude Brisseau (02)

    Le Fils de Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne (02)

    Flandres de Bruno Dumont (06)

    Je remercie tous ceux qui se sont pris au jeu et m’ont livré ainsi un pan de leur paysage cinématographique. Les voici, sans ordre particulier, inutile de préciser que cela change des consensus habituels ! (D’ores et déjà, je prie Richard G de me faire à nouveau parvenir sa liste : un souci informatique m’a fait disparaître ces données. Qu’il veuille bien m’excuser).


    Anaximandrake :

    De bruit et de fureur, Jean-Claude Brisseau (1988)
    Van Gogh, Maurice Pialat (1992)
    La Sentinelle, Arnaud Desplechin (1992)
    Les derniers jours d'Emmanuel Kant, Philippe Collin (1994)
    Conte d'été, Eric Rohmer (1996)
    Généalogie d'un crime, Raoul Ruiz (1997)
    Sicilia!, Jean-Marie Straub et Danièle Huillet (1999)
    Les Amants réguliers, Philippe Garrel (2005)
    Cœurs, Alain Resnais (2006)
    Ces rencontres avec eux, Jean-Marie Straub et Danièle Huillet (2006)

    Tlön :

    1) De Bruit et de fureur - Brisseau - 1988
    2) Nouvelle vague - Godard - 1990 (je sais c'est suisse !)
    3) Van Gogh - Pialat - 1991
    4) La Belle Noiseuse - Rivette -1991
    5) La Cérémonie - Chabrol - 1995
    6) La Servante aimante - Douchet - 1997
    7) On connait la chanson - Resnais - 1998
    8) Esther Khan - Desplechin - 2000
    9) La série des contes (hiver, printemps, été, automne) - Rohmer (je sais il y en a 4 !)
    10) De battre mon coeur s'est arrêté - Audiard - 2005

    Les outsiders :

    Les Patriotes - Rochant - 1994
    A ma soeur - Breillat - 1998
    St Cyr - Mazuy - 2000
    Ressources humaines - Cantet - 2000
    L'Anglaise et le Duc - Rohmer - 2001
    10 éme chambre - Depardon - 2004
    OSS 117. Le Caire nid d'espion - Hazanavicius – 2006


    Sébastien Carpentier :

    1 - Claude Sautet - Un cœur en hiver (1991)
    2 - Peter Watkins - La Commune (1999-2007)
    3 - Abdellatif Kechiche - La graine et le mulet (2007)
    4 - Jean-Claude Rappeneau - Cyrano de Bergerac (1990)
    5 - Michael Haneke - Caché (2005)
    6 - Laurent Cantet - Ressources humaines (1999)
    7 - Michel Deville - La maladie de Sachs (1999)
    8 - Krzysztof Kieslowski - La double vie de Véronique (1991)
    9 - Jacques Rivette - Ne touchez pas la hache (2007)
    10 - Jose Luis Guerin - Dans la ville de Sylvia (2008)

    On objectera peut-être que ni Watkins, ni Haneke, ni Kieslowski, ni Guerin ne sont français… Aussi rajoutè-je les films suivants en queue de liste :

    11 - Tony Gatlif - Gadjo dilo (1998)
    12 - André Téchiné - Loin (2001)
    13 - Robert Guédiguian - Le promeneur du Champ-de-Mars (2005)
    14 - Emmanuel Mouret - Un baiser s'il vous plaît (2007)

    Et comme je suis frustré de n'avoir pu faire figurer en bonne place la Promesse des Dardenne du fait de leur belgitude, je me console en rajoutant (hors compétition) un documentaire :

    HC - Raymond Depardon - 10ème Chambre, instants d'audience (2004)


    Damien:

    Histoire(s) du cinéma" (Jean-Luc Godard)
    (chef d'oeuvre incontestable, mais comme JLG est suisse et qu'il ne s'agit pas exactement d'un film, est-ce que c'est valable ?)

    "Y aura-t-il de la neige à noël ?" (Sandrine Veysset)
    (la plus belle réussite, à ma connaissance, d'un cinéma réaliste tout entier dévoué à capter l'humain dans sa vérité)

    "L'anglaise et le duc" (Eric Rohmer)
    (très grand film historique, et jamais les nouvelles techniques de l'image n'ont été aussi bien utilisées pour reconstituer une époque)

    "Esther Kahn" (Arnaud Desplechin)
    (l'un des plus beaux films sur le théâtre et l'art de l'acteur)

    "Van Gogh" (Maurice Pialat)
    (simple et bouleversant, contre tous les clichés attendus et tous les pièges biographiques)

    "Ridicule" (Patrice Leconte)
    (oui oui, les cinéphiles peuvent aboyer, oui Leconte est un tâcheron, mais ce film restera pour la grâce des acteurs et l'excellence des dialogues de Remi Waterhouse, dans la lignée d'un cinéma très verbal : Duvivier, Carné-Prévert, etc.)

    "OSS 117 : Le Caire, nid d'espion "(Michel Hazanavicius)
    (tout simplement la meilleure comédie française de ces 20 dernières années)

    "Urgences" (Raymond Depardon)
    (Il faut au moins un documentaire dans cette liste. C'est celui-ci qui m'a le plus marqué)

    "Huit femmes" (François Ozon)
    (subtil, ironique, décalé, un grand film sur le mirage des apparences et les rapports de pouvoir, entre autres)

    Trouble every day (Claire Denis)
    (un des films les plus flippants que j'aie vus, ce qui est très rare dans le cinéma français)


    Skoteinos :

    Van Gogh, de Maurice Pialat
    Le garçu de Maurice Pialat
    L'Enfer de Claude Chabrol
    La Cérémonie de Claude Chabrol
    Betty de Claude Chabrol

    Dans les commentaires de la note précédente (Paysage), figurent les listes de Préau, d'Arnaud, de Jérôme, du Dr Orlof..
    Dans les commentaires de celle-ci, figure celle d'Isabelle, de Polyphème, d'Hyppogriffe, de Jacques Sicard, et de Montalte.

    Sur leur blog figurent ce matin, celles de Joachim, d'Edisdead, de Talmont et de Vincent.

    _______________________________________________________________________________________________________________________

    Après avoir longuement parcouru ces divers palmarès, je me garderais bien d'en établir une quelconque synthèse, leur diversité prouvant justement, loin des consensus et des compromis, que l'hétérogénéité du cinéma français en est sa principale force. Je peux sans doute me tromper, mais je persiste à penser qu'une telle liste pour le cinéma américain ou asiatique, comme cela été soulevé dans les commentaires, comporterait beaucoup plus de films communs entre les participants ; tant qu'un tel questionnaire toutefois n'aura pas été soumis, ceci peut ressembler à une assertion gratuite.

    On pourra noter que le cinéaste le plus cité, et pour des films divers selon les intervenants, est Eric Rohmer, mais qu'Arnaud Desplechin n'est pas loin derrière, que Chabrol/Rivette/Resnais demeurent des valeurs sûres. Je suis heureux de voir la fortune de malaimés comme Léos Carax ou Bruno Dumont, plusieurs fois cités, et la très faible représentation de la mouvance tant acclamée, Assayas/Ozon/Honoré/Klapisch, cinéastes que je réunis peut-être arbitrairement ici, mais qui me semblent développer une démarche commune de "vouloir dire " et d'"à la manière de". L'impressionnante cohérence des univers de Brisseau ou de Guédiguian a ses admirateurs, mais il me semble être le seul à citer Gérard Blain et nous ne sommes que deux à penser à Pascal Thomas. Quant à Blier ou Corneau, ils sont aux abonnés absents, de même que la quasi-totalité des cinéastes féminins si l'on excepte Catherine Breillat. Enfin, les documentaires de Depardon sont plusieurs fois mentionnés.

    La richesse d'une telle confrontation de points de vue m'a en revanche rasséréné, ne serait-ce que parce que dans chacune de ces listes, un film m'est à chaque fois inconnu, et qu'il est à présent temps de les voir.

    1541film20070613_221549_2_big.jpg


    Lien permanent 42 commentaires
  • PAYSAGE

    De Comme les autres à Entre les murs et de Faubourg 36 à Parlez-moi de la pluie, le cinéma français continue de prouver sa suffisance, son conformisme et sa faillite. Relais consciencieux de tous les discours dominants, politiques, sociaux, esthétiques, il n'offre ni échappée ni espérance, juste du Boulevard en Scope, du Vécu médiatique et du Passé bien monté. Et cela fait des années que ça dure. Il semble ne plus rien rester de la finesse de Grémillon et de la verdeur de Séria au temps des lourdes audaces et des silences complices.

    Qu'y a t'il à sauver de ces vingt dernières années ? J'aimerais assez, s'ils en ont le temps et l'envie, que mes amis et collègues, émérites blogueurs cinéphiles, me donnent leur palmarès, et pour être élitiste au possible, seulement dix films français depuis 1988 : le Docteur et le Fordien, Joachim et Thierry, Edisdead et Mariaque, Sébastien Carpentier et Pascal Manuel Heu, mais aussi tous ceux qui le souhaitent, célébrités en lien ci-contre ou anonymes sans grade chaleureusement accueillis en commentaires.

    ffmur.jpg

    Cette mosaïque de palmarès ne devant rien aux diktats économiques ou esthétiques qui enserrent la critique officielle, devrait permettre de trouver quelques raisons d'espérer.

    Afin que chacun donne sa liste sans être influencé, positivement ou négativement par les réponses des autres, je vous propose une très arbitraire date commune de publication, soit lundi 29 Septembre au matin.

    Lien permanent 21 commentaires
  • INDIFFERENCIATION

    Tenté vainement de revoir hier 5X2 de François Ozon, vainement à cause du sentiment désagréable d'être en face d'une Cage aux folles inversée :
    le principe de mélancolie de l'un venant s'imposer avec le même systématisme que le principe d'ironie de l'autre ;
    les affèteries, les bourrades et les clins d'oeil n'empêchant jamais de bien souligner qu'on est dans l'entomologie des choses vues, donc dans l'inattaquable ;
    l'exotisme d'une sexualité de postures, à suivre avec une vague sollicitude, ne permettant jamais de dévier d'un trajet de convenances où l'Autre est enfermé dans ses manières apprises ;
    l'incompréhension des ressorts profonds d'une union pourtant complaisamment décrite s'accentuant du fait du plaquage théorique ;
    l'incapacité de pénétrer le champ d'une identité sexuelle différente sans recourir aux syllogismes et aux amalgames venant détruire toute prétention sociologique (car nous ne sommes ici, comme chez Angot, Biolay ou Koons, que dans le sociologique).

    6fd1a9c1eae5e420fd52ccf773e02ef8.jpg

    Lien permanent 7 commentaires
  • CHEZ SOI

    684190942c8edbeda20f7620cf44dac6.jpgL’Eclipse (après L’Avventura et La Notte) se divise en un plan thématique où se bouffent le nez les amants courtois des troubadours (agissant comme un leurre, il n’importe pas) et un plan filmique, où s’éclipse la présence humaine, du moins jusqu’à ce que les choses, libérées par cette absence de leur usage ou échange, ne soient plus que des formes quiètes (essentiel, il fait qu’on épuise la saveur de chacune de ses phases).

    Sur les éclisses des faux-acacias qui bordent l’avenue peu passante s’égoutte la lumière du ciel toujours serein jusqu’à sept, huit mille mètres ; puis l’azur disparaît et une teinte turquoise apparaît, qui devient de plus en plus intense ; aux environs de deux cents kilomètres, le ciel est noir.

    C’est un vaste paysage urbain de fin d’après-midi – filmé comme un huis-clos, et en dépit du regret commun d’avoir froissé les draps pour plus que le sommeil, celui qui à présent le regarde à travers l’ombre filtrée, s’éprouve aussi dégagé du souci que devant un des intérieurs de Delft peint jadis par Pieter De Hooch – il l’habite.

    (Jacques Sicard)

    Lien permanent 1 commentaire
  • DISTANCE

    a79cc7ba6f86f1e3f376fc1b670a9de8.jpg
    15e1e395268dcdfb909d8d9e8f25f224.jpg

    Ailleurs : cet à-côté négligé qui parce qu'il n'est jamais vraiment perçu, attire ; cet à-plat qui joue les gouffres.

    L'Autre n'est que le Même mal éclairé.

    Lien permanent 0 commentaire
  • HUMEUR

    A lire l'enthousiasme des critiques devant le ridicule film de la paire Martineau/Ducastel, Coquillages et crustacés, qui osent citer Demy ou parler de "crédibilité" (une exception, ), on imagine qu'il rejoint sans peine celui des producteurs et des distributeurs, fébriles à l'idée de soutenir un tel projet, clone de tant de "chroniques douces-amères du quotidien".

    C'est cela l'air du temps, quand chacun est conquis sans équivoque.

    Voilà un film qui aligne sans aucune embardée toutes les conventions, tous les conformismes actuellement en vigueur, qui ne lésine sur aucune allusion, qui n'omet aucun poncif, qui s'engouffre dans chaque brêche complaisamment ouverte, qui ne perd aucune occasion de ne surtout pas se taire, qui n'a que des idées reçues, des lieux communs, des passages obligés et de la malice à revendre.

    Voilà un film dont l'indigence même est gage d'authenticité, dont la fausseté du ton est preuve de "décalage", dont l'inertie du découpage "témoigne avec bonheur d'une langueur toute estivale" (ou quelque chose d'approchant).

    La paire Martineau/Ducastel sait peut-être ce qu'est un couple (à vrai dire, on en doute), mais elle ignore tout des paradoxes et de la violence de son approche cinématographique. A moins que tout cela n'ait au fond aucune espèce d'importance, et qu'il ne s'agisse même pas de cinéma au sens où nous avions cru l'entendre.

    C'est ainsi que William Friedkin fait partie du passé.

    2afa7324acd43bc77fd60b825f460077.jpg

    Lien permanent 4 commentaires
  • MORALISME

    2d63322fa59d818f58cc170cf590fc18.png

    "Imaginez un monde dans lequel on pourrait vous juger immoral, non seulement pour vos actions, mais aussi pour vos pensées, vos désirs, vos fantasmes ou vos traits de caractère. Non seulement pour ce que vous faites aux autres, mais aussi pour ce que vous vous faites à vous-même. Non seulement pour ce que vous faites délibérément, en toute connaissance de cause, mais aussi pour ce qui vous arrive un peu par hasard...

    ...Ce monde existe, en pensée du moins. C’est celui que des philosophes, apparemment très bien intentionnés, soucieux de notre bien et de notre épanouissement personnel, inquiets de nous voir réagir assez systématiquement contre notre nature ou notre dignité ont élaboré pendant des siècles."

    (Ruwen Ogien, L'éthique d'aujourd'hui. Maximalistes et minimalistes, 2007)
    84f32c3ccf3964e8881b8ce1113da904.jpg

    Lien permanent 7 commentaires
  • SHOCK CORRIDOR

    a0927bc6d67a7db3f64467c70a6f7304.jpg


    En plein règne panoptique, il n'y a pas à s'inquiéter : tout se sait, donc rien ne dure.

    Mais le Système depuis longtemps auto-suffisant et auto-satisfait, n'a plus besoin de cacher ses manigances : leur dévoilement le sert puisque celui-ci lui permet entre autres de toujours mieux affiner celles-là.

    La Terreur d'aujourd'hui n'est pas uniquement l'effondrement social des pays acquis de gré ou de force au "capitalisme du désastre", elle réside aussi dans leur désordre spirituel, dans la perpétuation sereine des désastres malgré les dénonciations les plus hautes en couleurs qui les encadrent, voire les accompagnent, qui n'en sont jamais que les produits.

    Que le code soit inconnu ou déchiffré ne change rien à la donne quand c'est notre attitude de réceptionniste, notre posture de patient, toujours plus cultivé, informé, concerné, ironique, sceptique, qui est la racine du mal.

    Nous voyons le monde en Windows infiniment diversifiées, parfois connectées sur des détails, le plus souvent superposées sans lien, séparées par notre regard moderne désormais incapable de résolution.

    Et c'est ainsi que Naomi Klein, sans esclandre ni scandale, se vend en supérette, entre Musso et Barbéry.

    7c559b91e59eca63a0861fe61c8747a2.jpg

    Lien permanent 4 commentaires